Jour : 30 octobre 2017

Street Art à Mulhouse

IMG_4057.jpg

Ce matin, j’y suis retourné de bonne humeur.

Un type finissait sa canette quand j’approchais.

Bien mis, la cinquantaine, walkman sur les oreilles.

Nonchalamment, il la jette sur les berges de l’Ill du haut du parapet. Poursuivre la lecture de « Street Art à Mulhouse »

Publicités

les potins du lundi

Et ta sœur?

Elle bat le beurre.

C’était avant.

Depuis que le beurre est en rayon, ma sœur ne bat plus le beurre.

Tant mieux!

Mon toubib me l’a dit, votre taux de sucre est limite, mettez plutôt du beurre sur les tartines.

Depuis que je me suis mis au beurre, c’est la pénurie.

Comprenne qui pourra.

Il n’est pas le Père Noël

Il l’a dit et tellement redit qu’il ne faudra pas compter en ce bas monde sur un cadeau.

Le cadeau, il ne le donne qu’aux riches.

Ne comptons donc pas sur notre président jupitérien pour abolir cette loi des hommes du changement d’heure.

Non ce n’est pas le macronisme qui va remettre du synchronisme dans cet anachronisme.

Le changement d’heure devenu loi céleste va donc continuer à nous enquiquiner jusqu’à la fin des temps…sans même qu’on ne cherche plus aucune argutie pour le justifier.

Catalans

Après le beurre, la mayonnaise catalane.

La mayonnaise montait, montait tellement que d’un seul coup elle est retombée.

L’Espagne a dit non.

Non à la Catalogne libre.

Les peuples si attachés à disposer d’eux-mêmes en seront pour leurs frais.

On n’est plus au temps de De Gaulle avec son « Vive le Québec libre » et le droit à l’autodétermination de l’Algérie.

La grande Europe libérale n’en demandait pas tant.

Déjà empêtrée avec ses États jacobins et droitiers, elle se voyait mal devoir agrandir ses hémicycles avec une constellation d’états confettis et devoir faire face à une nouvelle crise des Balkans.

Le libéralisme a quand même ses limites, celui du pognon.

Ce n’est pas notre grand prêtre entrepreneurial qui dira le contraire.

L’Alsace anonymisée dans un Grand Est fourre-tout, alors même qu’elle n’avait rien demandé, pourra donc attendre.

Les Corses et les Bretons aussi.