Pierre Roques


 

Pierre_Roques
Pierre Roques (en bleu au centre) avec ses amis des Cent Cols (image CCC)

Je n’ai pas connu Pierre Roques.

C’est dommage.

Il était un cycliste estimé dans le monde du vélo.

Nous sommes nombreux à faire son éloge, notamment à la Confrérie des Cent Cols

Il avait un don extraordinaire pour l’écriture et pour la photo. Ses nombreux écrits, dont l’inimitable « Du soleil dans mes rayons » et « Les Cyclotouristes » resteront des chefs d’œuvres de la littérature cyclo. Ses innombrables photos continueront longtemps à illustrer nos belles revues de Cyclotourisme. Je l’ai rencontré une fois à l’AG/FFCT à Nantes, à l’époque, j’ai dîné à ses côtés. A l’issue de mon Tour de France Randonneur, il m’avait envoyé son livre « Du soleil dans mes rayons » accompagné d’une superbe dédicace. (Jean-Marc Lefèvre, Club des Cent Cols)

J’ai eu la chance dans les années 70 de partager avec Pierre deux mandats au Comité Directeur de la FFCT.

Là, j’ai appris à connaitre Pierre, à apprécier ses qualités d’homme mais aussi de poète du vélo en montagne et surtout ses qualités d’authentique cyclo. 

Lorsque j’ai imaginé la Confrérie, les responsables des ‘’Cols Durs’’ pensaient que nous allions êtres concurrents et souhaitaient notre disparition immédiate.  C’est Pierre Roques qui arrangea les choses et ensemble nous décidions d’organiser  une Concentration commune Cent-Cols – Cols Durs au Port de Balès en août 1975 lors de la Semaine fédérale de Gourdan.(Jean Perdoux, fondateur des Cent Cols)

Avant de publier ses ouvrages, Pierre Roques tenait une chronique mensuelle dans le « Miroir du Cyclisme ». C’est ainsi qu’à la fin des années soixante, alors que je n’étais pas licencié FFCT, j’ai découvert les aventures de Godefroy, ce personnage allégorique derrière lequel l’auteur aimait à se cacher. Cette lecture m’a amené à comprendre que le cyclotourisme était une voie, pour pratiquer le vélo, tout aussi respectable que la compétition. (Claude Bénistrand, ancien président des Cent Cols)

 

 

Publicités

3 réponses sur « Pierre Roques »

  1. Comme pour Claude Bénistrand, Pierre Roques a été un Maître pour moi, à travers les histoires de Godefroy que je dévorais goulûment dans le « Cycliste »… en 1955 ! Sans le savoir car ce n’est que 20 ans plus tard que j’ai enfin fait sa connaissance, en 1975.

    C’est une perte immense pour le monde des cyclos.

    Il y a un fil dédié à sa mémoire sur le site Cyclos-Cyclotes, ici :

    https://www.cyclos-cyclotes.org/forum/viewtopic.php?f=17&t=5598

    C’est triste mais c’est la vie… 😦
    Charles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s