Jour : 3 juin 2011

Vous reprendrez bien un peu d’eschérichia-coli…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Vous reprendrez bien un peu d'eschérichia-coli...

C’est le bruit qui circule.

Crac, crac, crac….

A chaque tour de roue, le crac-crac revient.

Lassant et lancinant et même turlupinant.

On ne sait pas pourquoi…

Parfois, c’est la roue décentrée qui fait des siennes et
d’autres fois les fourches carbone qui n’aiment pas la contrainte
de la roue.

Tout ça, c’est de l’alchimie. De la mécanique en roue de
vélo.

L’autre bruit qui circule, c’est celui de nos boyaux.

On ne sait pas pourquoi.

Lassant et lancinant et même turlupinant.

Crac, boum, hue!

Les boyaux trop gonflés sont douloureux.

Surtout quand le sol est tortueux.

Il paraît même que certains boyaux sanguinolent.

A force. Qu’est qu’ECEH?

C’est pas grave; juste un eschérichia coli enterohémorragique
qui s’est mis en travers de la route.

Là-haut dans la Basse-Saxe

Escherichia Coli fécond en surdose.

Jus de boudin bovin sur les concombres.

Et le tour est joué.

Tiens voila du boudin, voila du boudin,…

Maudit Conconi!

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Maudit Conconi!

e-cardiologie

Tous les deux ans, le contrôle cardiaque s’impose.Pour nous les
cyclos vétérans du dimanche.

Le dénommé Conconi a pondu une méthode de mesure de l’endurance cardiaque qui n’est
pas très agréable pour ceux qui habituellement préfèrent voir la
campagne défiler sur leur vélo.

Pédaler avec une charge mécanique évolutive jusqu’au point
d’inflexion où votre puissance commence à battre de l’aile, c’est
la méthode de Conconi.

Le problème de ces vélos statiques, c’est que vous pouvez
toujours pédaler de plus en plus fort, le spectacle en face de vous
reste immuable: un cardiologue devant ses écrans…et une
assistante compatissante.

Mais pas de Grand Ballon en vue!

Bon, pour cette fois, on est reparti pour un tour.

Avec mes petits 240 watts -1/3 de cheval
quand même-
et mes 162 pulsations au compte-tours, je
suis reparti, le coeur alerte, le long du couloir interminable du
centre hospitalier, encore fourbu de mes 170 bornes de la
veille.