Tantôt dur, tantôt mou


Il a cassé le cochon, Maxou?

Oui!

Après l’hiver passé à sillonner les sentes de la Hardt, j’ai craqué pour « le tout suspendu ».

Je suis tombé dans la « cyclo-adoration », cette psyché qui vous renvoie l’image de toutes vos vanités en ce bas monde matérialiste.

Ce luxe débridé va me coûter, sans nul doute, les foudres de mon contradicteur assidu Lomoberet.

Bien fait!

Lomoberet, mes lecteurs le savent, c’est ma mauvaise conscience.

Voici donc un VTT dont on dit qu’il épargne nos vertèbres…et le reste!

Alors pourquoi ne pas tenter l’aventure…

Sur route, la suspension n’est pas indispensable, on peut donc la débrayer; surtout dans les montées où le pompage est déconcertant dès lors qu’on se met en danseuse (en fait, le terme débrayer n’est pas le bon: s’agissant de la fourche avant, on peut la bloquer et s’agissant de l’amortisseur arrière, on peut réduire le rebond)

Mais sur sentier jalonné de trous et de cailloux, l’amortissement est un plus indéniable; non seulement pour le pilote mais aussi pour le matériel.

Il est vrai que l’amortissement rend plus confiant lorsqu’on aborde la rocaille et fait perdre moins de vitesse.

Je me suis laissé tenter par les pneus sans chambre. Sans a priori. Mon vélociste me dit que le partage entre chambre et sans chambre se fait à parts égales parmi les utilisateurs de VTT (voir mon article sur les pneus).

Question poids, le tout suspendu n’est pas obligatoirement plus lourd; mais il faut y mettre le prix. Rien que la fourche coûte le prix d’un VTT basique!

Mes amis cyclistes urbains sont parfois surpris qu’on puisse consacrer autant d’argent à ses loisirs…alors qu’on roule en ville sur un bike acheté aux puces 30 euros!

L’explication, on la connait: en ville les vélos neufs se font voler dans les 15 jours.

Mon peson à la main, je déambulais dans le magasin…

J’attrapais les bécanes rutilantes d’une main et je les suspendais à la balance…sous le regard interrogatif du vendeur.

Étonnamment, c’est le vélo le moins cher qui pesait aussi le moins lourd!

11,600kg sans les pédales, taille S.

Soit 3 kg de moins que mon précédent char d’assaut!

Un montage à la carte on ne peut plus classique qui ressemble aux vélos montés en usine.

On s’attache à ses composants et aussi à leurs prix.

Dans ce domaine, l’éventail est vaste.

Cadre Trek alu

Fourche Fox 32 FIT Rl

Amortisseur Fox Float RP23 (article sur l’entretien)

L’amortisseur est un concentré de technologie, avec réglage de l’affaissement, du rebond et Propedal…

Pour tout comprendre sur cet amorto, c’est là

Dérailleur SRAM X7

Roues Shimano Déore XT

Pneus Racing Schwalbe Ralph

Freins Formula

Etc…

Je profite donc ce matin du réchauffement climatique pour essayer ma nouvelle monture…

Manque de chance, une heure après, la pluie se mettra de la partie et je rentrerai tout crotté.

Une façon de baptiser mon nouveau vélo.

La forêt est jonchée de vestiges militaires.

Recouverts de mousse, ils se dissimulent dans le paysage.

Celui-ci n’a pas résisté à l’épreuve du temps.

Peut-être l’a t-on un peu aidé à mourir plus vite pour le rendre inoffensif…

Ici des balles indolores continuent de pleuvoir.

Je rentre donc sous une pluie battante.

A l’approche des carrefours, mes garnitures de freins émettent un curieux pin-pon comme les véhicules de pompiers pour peu qu’on en joue alternativement.

Un VTT qui fait pin-pon, on aura tout entendu!

Publicités

3 réflexions sur “Tantôt dur, tantôt mou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s