En attendant les élections…


Jean-Marie Bockel, ex maire de Mulhouse et président de l’agglo (cliché vélomaxou)

Dans quelques mois, les 23 et 30 mars 2014, vont intervenir les élections municipales.

Une occasion rêvée de faire plancher les candidats maire sur la place qu’ils entendent réserver au vélo en ville pendant leur mandat.

Vélomaxou, adepte du vélo tous les jours et pas seulement le dimanche, entend bien rester vigilant face aux programmes des postulants et des sortants qui vont se représenter.

Avec ses modestes moyens.

D’abord rappeler les enjeux.

Le vélo est une réponse adaptée au déplacement en ville face aux embouteillages, à la pollution et à la raréfaction des places disponibles pour se garer.

Avec les transports en commun (tram et bus), il est le complément idéal pour les petits trajets.

Ensuite poser le constat commune par commune de l’agglomération mulhousienne de l’état de la cyclabilité.

Si certaines villes ont fait ou font des efforts pour promouvoir le déplacement à vélo, d’autres stagnent misérablement à 2 ou 3% de parts modales.

C’est le cas de Mulhouse qui depuis 20 ans s’avère incapable de faire progresser la place du vélo quand d’autres villes, comme Fribourg ou Strasbourg, réussissent.

Il ne s’agit donc pas de tergiverser, de se retrancher derrière des faux-semblants, mais d’observer avec lucidité les échecs des équipes municipales sortantes.

Surtout les échecs de celles qui se représentent et qui ne vont pas manquer d’emballer de discours lénifiants leurs maigres résultats.

Les maires qui trainent les pieds, on les connait: ils ne font rien pour le vélo et ne veulent surtout pas entendre parler ni de zone de rencontre, ni de zone 30 ou de DSC.

Ceux-là sont clairement des anti-vélos.

Je propose donc d’examiner commune par commune de l’agglomération mulhousienne d’ici les prochaines échéances ce qu’elles ont fait pour le vélo, ce qu’elles n’ont pas fait et pire ce qu’elles ont mal fait en gaspillant l’argent public.

En jeu, tous les outils réglementaires que les maires auront mis en œuvre…ou pas.

Au rang des bons points  qualitatifs de l’équipe sortante, nous compterons:

– les zones 30

– les zones de rencontre

– les double sens cyclable

– les tourne à droite aux feux

– les sas aux feux de signalisation

-les  emplacements de stationnement pour vélos avec barres d’ancrage adaptées

– les bandes ou voies cyclables dignes d’intérêt: continuité et linéarité des itinéraires principaux, facilité d’accès, qualité des réalisations, entretien des revêtements, verbalisation des voitures ventouses.

Au rang des mauvais points, nous mesurerons l’impact des politiques contraires au développement du cycle urbain:

exemple d’argent public gaspillé dans des ouvrages ratés

– adjonction de places de parking en centre ville (exemple de Mulhouse)

– absence délibérée de dispositifs favorables aux cycles, DSC, tourne à droite, zone 30, zone de rencontre, ouvrages cyclables impraticables ou dangereux, laxisme délibéré à l’égard des automobilistes contrevenants et mettant en danger les cyclistes.

Enfin les listes  candidates seront questionnées sur l’investissement annuel qu’elles entendent consacrer à la cyclabilité en euros par habitants.

A titre d’exemple, le budget par habitant varie de façon considérable de quelques centimes

dispositif mettant en danger les cyclistes

d’euros par an et par habitant (0,10€/hab à Lyon ou Mulhouse en 2007) à plus de 10€/an/habitant dans des agglomérations comme Chambéry, Grenoble, Genève,Thionville ou St Nazaire.

La moyenne de l’ensemble s’établit à 3,35€ /an et par habitant. (source l’économie du vélo – 2009)

Si l’agglomération mulhousienne ambitionne de rejoindre Strasbourg, elle devrait investir chaque année au moins 10€ par habitant.

Publicités

4 réponses sur « En attendant les élections… »

  1. Cette photo me rappelle le jour où JM Bockel est venu inaugurer une PC à Battenheim; il est arrivé ce jour là en voiture , plus une autre voiture avec chauffeur pour amener son vélo sur place;tout ça pour faire à peine 500mètres en vélo! Si c’est pas ridicule de voir ça ; ce n’est surement pas en agissant de la sorte qu’il fera des émules du vélo au quotidien dans l ‘agglo mulhousienne!

  2. On peut tout de suite enlever St Nazaire de la liste, le plan vélo de la ville a été de 1 million sur 5 ans pour 68000 habitants soit moins de 3 €/pers/an.
    Ensuite ils ont pris les budgets des projets de rénovation urbaine et y ont sur-valorisé les aménagements cyclables pour atteindre un budget de 3,8 millions : la piste sur trottoir de Ville-Ouest a par exemple été valorisée à 1 million d’euros par km, ce qui doit en faire une des pistes les plus chères du monde.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s