J’ai essayé le dérailleur électrique Shimano


Dérailleur électrique ultegra de Shimano peu différent du dérailleur classique

Un dérailleur électrique?

Oui, ça commence à se répandre.

Un surperflu de luxe penseront certains.

Admettons!

D’autres préféreront s’offrir une belle bécane en titane ou en carbone profilé. Ou pourquoi pas les deux?

Alors venons-en aux dérailleurs électriques et plus particulièrement à celui qui s’affirme sur le marché: le Shimano Di2.

Il faudra faire une concession: passer en double plateau compact et abandonner le triple.

J’essaie donc un couple de plateaux 48×33 et une cassette 13×30 (existe aussi en 32).

Double plateau compact, désormais je roule sur la plaque!

Ce qui me fait du 2.33m de développement au lieu de mes 2.19 précédent avec mon triple 30×29…

J’essaie sur le plat et ça cricotte!

Retour au garage…je passe au mode réglage et je reprends la notice…

Sous la potence, le boitier de mutiplexage avec led de surveillance de l’état de charge de la batterie (la batterie est dans le tube de selle)

ça y est, ça marche.

Je pars monter la côte de Bruebach à Brunstatt avec ses pentes variables entre 3 et 6%…

Les poignées électriques différent peu

Impeccable!

Car l’avantage de l’électrique, c’est qu’il suffit d’une pression pour passer d’un pignon à l’autre instantanément; j’en profite pour moduler selon la pente sans perdre de puissance tellement le passage est rapide.

Bon, maintenant après Landser, j’attaque le Clauser avec sa pente à 7%.

J’attaque le Clauser à un train de sénateur

Je mets tout, c’est à dire le 33×30…évidement faut pousser quand même sur les pédales, mais ça monte bien sans bruit surtout grâce à la fourchette du double-plateau qui se déplace pour prendre en compte le bais de chaîne.

Il ne me reste plus qu’à rentrer.

La remontée de plateau du 33 au 48 se fait sans effort. Manifestement la puissance électrique est là.

Il reste à voir si mes 14cm de développements manquants ne vont pas me pénaliser dans les passages à fort pourcentage.

Prix de tout ce bazar: chut!

Disons que c’est Noël avant l’heure.

Chacun en pensera ce qu’il voudra: sexa bondissant ou sexa vieillissant, le groupe électrique Shimano devrait trouver son public parmi les cyclos du dimanche et aussi ceux de la semaine.

PS: Mon vélociste est Mannheim à Vieux-Thann

Publicités

10 réponses sur « J’ai essayé le dérailleur électrique Shimano »

  1. Tiens, au pied du Clauser, pas de voiture stationnée sur la PC !!
    T’as pas dû passer à une heure de bouffe…!
    PS : J’en connais un qui va pas te louper : encore une merdouille électronique !!!

  2. Suis un trentenaire mais avec des à prioris contre ces dérailleurs : poids, charge décharge de la batterie à gérer, fragilité de l’électronique/électrique avec la pluie, entretien et surtout autonomie dans l’entretien, réglage…
    Mon Ultegra marche nickel depuis 4 ans, je l’entretiens et le règle seul, et en fait et je ne vois pas ce que je pourrais gagner. La correction de la fourchette avant ? je ne croise jamais ma chaîne et je n’ai aucun souci avec ça…

    1. Ok, un trentenaire bien musclé n’a absolument pas besoin de tout ça. C’est vraiment du gadget.Surtout s’il n’a pas de biais de chaîne et seulement 3 ou 4 pignons utiles à l’arrière!
      D’autant que et c’est vrai, on n’a absolument pas de recul sur la charge, la tenue de la batterie, la résistance à la pluie…il faut donc s’en tenir à la réputation de Shimano qui engage quand même son nom.
      Sur la question du poids, on n’a pas forcément raison.
      Mais je n’ai pas pesé avant et après…alors je ne peux rien dire.
      De toute façon, je suis passé en compact, donc le résultat serait biaisé par rapport au triple.
      L’installateur dit que c’est moins lourd.
      Mais je m’en fous un peu…vu que je traine pas mal de choses qu’un compétiteur jugerait inutile à commencer par mon appareil photo, mon tél…et ma bedaine!
      Du coté des compétiteurs, il semble que le dérailleur électrique soit aussi à l’ordre du jour en dépit du poids…
      Le changement de vitesse alimenté par batterie est déjà largement répandu dans la course sur route (il a remporté trois éditions du Tour de France)source

  3. Les vendanges continuent !
    Les vendanges continuent pour les marchands de soupe.
    Les promoteurs et fabricants de gogoleries d’utilité douteuse ont à nouveau réussi à soutirer des sous à un gogo.
    Le vélo se rapproche petit à petit de la merdasse ordinaire à obsolescence programmée
    Vive le PIB !
    Vive les vélos atomiques !
    Vive le ministère du redressement pollueur !

  4. A mon sens, le dérailleur électrique à encore plus de sens sur les vélos un peu plus particuliers. Comme les boutons de commande n’ont aucune intelligence et sont parallélisable, on peut tout à fais bricoler son poste de commande à sa convenance.
    exemple parmi d’autre (vu de mes yeux) :
    _ double commande (au centre et sur les cocottes) sur un guidon triatlhète
    _ En combinaison avec des freins VTT à disque sur un vélo couché de course. La commande étant soudé à la cocotte vtt alors.

    On peut imaginer facilement encore d’autre choses, par exemple une adaptation très facile aux hémiplégique.
    C’est encore un peu cher à mon goût, mais ce matos semble promis à un brillant avenir

  5. Bien d’accord avec Seb !
    Moi, mon Ultegra 9V (sauf Dérailleur AR en Dura-Ace) a bien fonctionné au moins pendant 10 ans sans aucun re-réglage. Et encore il fonctionnait quand je l’ai remplacé par un 10V.
    PS : Pour moi, le compact est actuellement (et j’espère pour encore qq années !) la solution idéale : j’ai 34×50 et 12-30 et le 34×30 je n’en ai vraiment besoin que pour des trucs genre Hilsen ou quand je suis vraiment cuit sur une longue sortie (mais c’est très rare).
    Maxou, qui propose une 13×30 ou 13×32 ?

  6. Le dérailleur électrique chez les pros… faudrait un retour sincère et indépendant des coureurs et mécanos, je crains qu’ils soient obligés de les adopter sur demande des fournisseurs… Le casse tête des batteries que ça doit être quand on sait qu’il y a 2 vélos/coureurs + 1 de CLM pour le Tour !

    A cette image j’ai abandonné le compteur sans fil. 2 piles pour aucun avantage selon moi !

    Autre point, l’aspect écologique avec encore des batteries non recyclables ça pèse aussi dans la balance pour moi.

  7. Bien d’accord avec toi Seb ! Il y a bien longtemps que j’ai aussi abandonné le compteur sans fil.
    ça ne marchait pas mal, mais…
    Il y avait trois batteries (y.c. fréquence pédalage) et toujours une qui était out… Le tout ne tenait même pas une saison 😦
    Et en plus c’étaient des batteries chères

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s