Barrage de Michelbach à VTT


Michelbach (Haut-Rhin) au pied du massif vosgien

Timide éclaircie ce matin.

J’en profite.

J’ai été bien inspiré car cet après-midi, il pleut.

Au programme aujourd’hui, le barrage de Michelbach.

On ne le présente plus tant il est connu des randonneurs pédestres ou cyclistes.

Construit en 1982 pour desservir en eau potable l’agglomération mulhousienne, il est alimenté par la Doller et est situé à environ 25 km à l’ouest de Mulhouse.

J’emprunte donc la Doller pour m’y rendre.

J’ai du respect pour ce Street Art. Lorsque c’est fait correctement, ça a de la gueule.

Qu’on ne s’y trompe pas: ces images sont l’œuvre de Kems, un véritable artiste (voir le site de Kems)

Ci-dessous, graffiti du à Bezar

Graffiti-Art berges de la Doller. Signé Bezar

 

Je poursuis en longeant l’autoroute et son infernal balai de camions.

On n’imagine pas un bord d’autoroute aussi sauvage le long de la Doller

Les chevaux sont au casse-croûte.

Le casse-croûte de 10 heures

Les vaches posent pour la photo.

Photo de famille

Je suis sur le sentier des Bunkers.

C’est un truc à faire une autre fois. 14 ouvrages sont répertoriés sur ce sentier circulaire dessiné par la société d’histoire de la vallée de Masevaux.

N°8 du sentier des bunkers

Les Allemands en 14 avaient dressé un noeud de blockhaus sur la route de Belfort, on en trouve partout autour de nous.

Ci-dessous la présentation du circuit des bunkers de Télé Doller…

http://dai.ly/x77uf2

Je poursuis et j’aborde le lavoir du Dich. Il fait triste mine et mériterait qu’on le consolide.

Lavoir du Dich, le dernier coup de vent a laissé des traces

Le lavoir du Dich construit avant la Révolution était encore en fonction en 1960.La grande lessive donnait lieu à une fête de la jeunesse, à des papotages, des cancans et des disputes pour avoir la place la plus en amont.

Voie Cernay-Sentheim du Petit Train de la Doller

Non loin du grand giratoire de Burnhaupt, je m’engouffre dans la forêt pour rejoindre le barrage de Michelbach…

Le barrage est dans la grisaille

J’entreprends de le contourner. L’itinéraire fait 4 kilomètres.

En amont du plan d’eau
La sieste de 11 heures

Je grimpe à l’observatoire…puis je me remets en selle pour le retour.

Une pause à l’observatoire avant de rentrer

J’évite les villages par jeu.

Voir sur le ban de Schweighouse le chêne de 300 ans après le km32.

Chêne de Schweighouse-Thann

L’abbaye de l’Oelenberg en impose toujours avec sa haute stature. Je passe au pied.

Abbaye de l’Oelenberg à Reiningue

Puis Reiningue approche….

La ligne bleue des Vosges où il ne fait pas beau

Il faut ensuite traverser l’échangeur de la RN66 en direction de Wittelsheim.

Après le bowling, je m’enfonce dans le bois de Lutterbach  jusqu’à Richwiller.

Je traverserai successivement deux voies-ferrées, faire attention aux trains!

Là encore un chêne tricentenaire au km47.

Le gros chêne de Pfastatt (4.90m de circonférence)

(Notre plus vieux chêne serait le chêne Saint-Louis, vieux de 700 ans, à Heimsbrunn, voir mon article)

Après Richwiller, j’ai pris pour habitude de rentrer par les gravières de Kingersheim.

Parc des gravières de Kingersheim

Un dernier coin de nature avant de rejoindre la ville.

57 km à plat avec deux ou trois bosses insignifiantes du coté du barrage.

Compter 4 heures. Sans les arrêts.

voir, télécharger, la trace GPS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s