Prêt à partir avec le barda


7.8 kg de bagages, 11kg de machine et 80kg de pilote (avec le casque!)

La conscience en paix

Depuis que ma conscience me titille au sujet de mon diesel qui pue, je mets mes actes en conformité.

C’est donc mardi que je vais me lancer dans l’inconnu.

Voyager avec des sacoches.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire et devenir un sacochard selon le terme consacré.

Le but du voyage est agréable, il consistera à sillonner les Côtes de Beaune, les Côtes de Nuit et les bords de Saône.

Les parcours proposés par les Amis du Randonneur.Un périple de 600km au total aller et retour. Bien suffisant pour expérimenter le vélo à sacoches.

Bref, un programme alléchant si le temps le veut!

Comme on le voit, rien de très exotique. Phuket attendra!

Cela ne m’empêche pas d’avoir un peu de compassion pour ces touristes qui s’expatrient le temps d’un week-end à Marrakech ou à Istanbul avec liligo.com.

le tour du quartier

J’ai déjà fait le tour du quartier avec mon paquetage de 7kg800, histoire de me rendre compte du schimi, cette espèce de tremblement qui affecte le guidon du fait de la masse arrière…

Supportable, pour peu qu’on évite de lâcher le guidon!

L’itinéraire aller et retour est de 400km environ.

Les canons du voyageur cycliste

Je sais que mon chargement n’obéit pas aux canons du véritable voyageur à vélo qui veut qu’on charge d’abord à l’avant et très bas pour abaisser le centre de gravité.

Au contraire, je suis chargé très haut avec mes sacoches de selle Topeak STX, ceci afin d’éviter d’avoir le talon qui touche au pédalage.

Ce système accepte 9kg de chargement, je suis donc en dessous du poids admis.

Kona Sutra

Si l’expérience est concluante, j’opterai pour un vélo plus adapté type Kona comme ci-dessus.

Mon bagage comprend 2 sacoches latérales et une mallette.

Dans la mallette, les cartes, l’imperméable, le matériel de toilette, la serviette et…les merdouilles électroniques si chères à Lomoberet.

Dans une sacoche les fringues de route (sans pub), dans l’autre les fringues civiles (avec pub Le Coq Sportif, je vois la vie en Vosges,…)

Les outils dans la boite ronde porte-bidon.

La rencontre des Amis du Randonneur

Y’a plus qu’à!…

Deux jours pour rejoindre notre camp de base à Seurre (200km) sur les bords de Saône au sud-ouest de Dole.

Puis deux jours pour rentrer après les balades organisées par les Amis du Randonneur.

Les Amis du Randonneur sont dépeints ici par André Tignon

Je viens à ce séjour en observateur sans a priori avec mon vélo de course déguisé en randonneur en espérant passer inaperçu auprès de mes nouveaux amis…sans passer pour un couraillon.

Dans la galaxie cycliste, il y a des règles à connaitre.

Sachons donc où nous mettons les roues.

 

 

2 réponses sur « Prêt à partir avec le barda »

  1. Eh bien belle et bonne route, Max ! Et au plaisir de te rencontrer à Seurre…
    La description des Randonneurs par André Tignon est fort sympathique, mais elle date quand même un peu…

  2. Ce billet ne m’inspire qu’une seule chose: bonne virée!

    Je me pose une question: si jamais vous optez pour un vélo de rando plus adapté, celui-ci sera-t-il en double ou en triple? 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s