Étiquette : Amis du Randonneur

Musique maestro!

Je commence comme ça ce matin. Je ne dérange personne. Pas de bureau partagé dans mon home, pas d’Openspace. De la musique à volonté.

Et puis après, je me pose. Qu’est-ce que je pourrais bien entreprendre de constructif avec moi-même?

Participant : moi-même

Moi-même, c’est mon ego ou mon autre. Mais je ne suis pas toujours d’accord avec lui. Des crispations, des mésententes surviennent sur la marche à suivre. La marche à suivre? Mon confrère et ami Pierre Brunner me surprend toujours lorsqu’une fois de retour de sa marche, il raconte sa balade avec lui-même sur son blog LTD RANDO 68.

Participant: lui-même, écrit-il. Comme pour se prouver qu’il était là et que ce n’était pas son double qui a accompli ce périple souvent exigeant. En somme, une sorte de confirmation s’il venait à douter en découvrant ses belles images du jour. Non, ce n’était pas un rêve, il était bien là.

Alors, aujourd’hui?

J’ai ce vague projet d’organiser une rencontre régionale à destination de Amis du Randonneur ( des gens à vélo). J’ai du temps devant moi car il faudra au préalable passer sous les fourches caudines de l’administration du Randonneur pour caser une date.

Alors voila, je vais tenter de construire un parcours n’excédant pas quatre-vingt kilomètres de vélo entre Masevaux et Belfort au pied de nos collines sous-vosgiennes.

la vallée de Saint-Nicolas

Au menu touristique, il y aurait donc Masevaux, Rougemont, ses arrosoirs, Saint-Nicolas, Lamadeleine-Val-des-Anges, puis une incursion dans cette zone des étangs autour d’Eloie, le fort de Roppe au cœur de la forêt, la Seigneurie, la gare de Sentheim, le train Thur-Doller,…

Autour d’Eloie

Publicités

Quatre jours de voyages (4/4)

Soulaures. Je mets parfois une image « coup de cœur » en tête de récit. Encore faut-il en avoir une! je trouve celle-ci pas trop mal foutue. Il faut avoir l’ombre au bon endroit en fonction de l’heure de passage, un avant-plan sympa avec du végétal coloré, une architecture homogène bien cadrée. Bref savoir se décerner des fleurs! J’ai de la chance, y’a pas de bagnoles pour gâcher le paysage.

Voici mon séjour à Monpazier (Dordogne) qui se termine.

81km et 900 mètres

Pour me rendre à Aigueparse, mon voisin du camping me dit passe donc par Soulaures, c’est moins difficile.

Je lui fait confiance.

Mais à Soulaures je m’embarque sur la mauvaise route ne trouvant pas une intersection que j’imagine, rétrospectivement, cachée derrière l’église. En conséquence de quoi, j’ai fait dix bornes de plus pour atteindre le premier site à voir.

J’arrive enfin à Aigueparse après moult circonvolutions dans le landerneau et une rafale de bosses
Je suis tellement excité par l’Occitan que ma photo est pourrie. J’ai même pas un type de l’Equipement sur place pour démonter le panneau le temps de photographier. Le bled a perdu sa qualité de commune, il est rattaché à Mazeyrolles. L’histoire des lieux raconte qu’on a de la bonne eau partout. Effectivement, j’ai vu un type remplir des bouteilles de Volvic vides au bord de la route.

L’église romane d’Aigueparse possède un clocher-mur et un clocher tour fortifié en forme de donjon ; un chœur avec corniche à modillons sculptés ; abside voûtée en cul-de-four. Vivre dans le donjon de l’église avec pour seules fenêtres des meurtrières, très peu pour moi.Quand tu es attaqué, tu peux toujours faire sonner les cloches, personne ne viendra te délivrer, surtout si la guerre doit durer cent ans. Depuis que la route est goudronnée, on peut se barrer vite fait. A vélo.

La cabane du type qui habite là est belle. Mais tout est fermé.
Me voila sur la grand route. Un commerce de bois du pays

A Fonsalade, le riverain m’a dit de prendre la nationale jusqu’à la Gare, ce sera moins dur pour rejoindre Loubejac. Oui m’sieur, j’y cours tout de suite. Les chiens aboient de rage de voir un cyclo oser s’adresser au proprio. Je pars dans un concertino de chiens fous.

Au grand rond-point, pas de gilets jaunes…mais je suis quand même le bienvenu. je vais faire 10 bornes pour atteindre Loubéjac
Me voici à Loubéjac. On voit l’église de loin. Elle est classée, comme il va de soi.

Il y aurait 269 habitants à Loubéjac. Je n’y ai vu que deux ou trois maisons. Étrange… Ou bien tout le monde est éparpillé dans les hameaux…bon l’église est belle, mais je commence à avoir ma dose d’églises. J’en profite pour éventrer mon sac de chips et j’arpente la butte. Je ne vois pas le proxi non plus

C’est du solide, y’a pas à dire. Plus solide que Notre-Dame au moins!

Bon alors les châtaigniers, où ki son?

ça y est, j’en ai trouvé des châtaigniers. Même qu’ils en plantent des vergers comme chez nous les pommiers!

Qu’est-ce qu’on fait avec le châtaignier?

Tout est expliqué ici

Je n’ai vu que deux abris ronds comme celui-ci. Très beau entièrement en pierre.
Me voici à Villefranche-du-Périgord. Les Gilets jaunes m’accueillent à bras ouverts. Je leur explique comment j’ai réussi à échapper à la hausse de l’essence en voyageant à vélo. Ils semblent dubitatifs sur ma trouvaille. Alors je vais prendre un café au commerçant ambulant devant…l’église.
Notre ami Henri Bosc arrive. Il se réfugie tout de suite à l’ombre des arcades sous les regards admiratifs des autochtones
ici au moins on ne risque pas les coups de soleil
Le clocher-mur de Villefranche et ses deux tourelles.
C’est jour de marché à Villefranche

Comme je n’ai pas l’intention de m’éterniser à Villefranche, je reprends ma trace et je vais à Besse. Besse 156 habitants. Et devinez quoi?…je vais voir l’église! Non!…..si!……..

L’Eglise de Besse est mastoque. Dieu au Moyen-Age était un sacré donneur d’ordre. Il n’y avait pas chômage, au moins.C’est vrai qu’on n’avait pas de vélo à l’époque, on pouvait donc prier tout le temps.
En ce temps là les moines faisaient un briefing tous les matins dans la salle capitulaire…
Le contremaitre distribuait les tâches: toi Jojo tu arrosseras les salades, Firmin tu iras au pain, Benoît corvée de patates, Augustin tu trairas les chèvres
A Besse, les boites à lettres sont en pierre de taille
koi, koi, koi,koi.Dès que j’apparais au détour du virage, le troupeau d’oies sonnent l’alerte.
Prats en Périgord. C’est ma dernière église, je vous le promets. Il est midi, personne dans la rue.
Je fais le tour du village et je m’en vais

https://www.openrunner.com/route/10048383/embed/fr/686d7a4a6d6a53794e6a467041356d43726961416a526b6c665158675579315437344d4d436842427546453d3a3a3a099f4d7e592fbda7a561f94a6b57e3

Cyclo au petit cours

topeak

J’ai ressorti mes sacoches.

Avec ce modèle là, je me donne un semblant d’urbanité.

Une poignée pour gagner ma chambre d’hôte avec mon bagage à la main; un peu plus je ressemblerais à un VRP représentant en chambres à air! Poursuivre la lecture de « Cyclo au petit cours »

Eppe vous là-bas!

IMG_5217.jpg
En mai, fais ce qu’il te plait!

Je me presse lentement d’écrire mon parcours de mai prochain.

Ce sera seulement mon deuxième voyage avec sacoches.

En ligne de mire: Eppe-Sauvage dans le parc naturel de l’Avesnois, c’est à dire au sud-est de Maubeuge tout près de la frontière belge. Poursuivre la lecture de « Eppe vous là-bas! »

Les amis du randonneur, l’AG 2015

   Les amis du randonneur ont tenu leur assemblée générale ce matin à Seurre (21).

Régis Saint-Esteve succède à François Piednoir à la présidence de l’association. ( image ci-dessus, Régis à gauche et le maire de Seurre Alain Becquet à droite) Poursuivre la lecture de « Les amis du randonneur, l’AG 2015 »

Prêt à partir avec le barda

7.8 kg de bagages, 11kg de machine et 80kg de pilote (avec le casque!)

La conscience en paix

Depuis que ma conscience me titille au sujet de mon diesel qui pue, je mets mes actes en conformité.

C’est donc mardi que je vais me lancer dans l’inconnu.

Voyager avec des sacoches.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire et devenir un sacochard selon le terme consacré.

Le but du voyage est agréable, il consistera à sillonner les Côtes de Beaune, les Côtes de Nuit et les bords de Saône. Poursuivre la lecture de « Prêt à partir avec le barda »

Les meules en rhyolite de La Salle

Sur les traces des meules de rhyolite de la Salle (Vosges)

Les Amis du Randonneur ont organisé ce week-end leur rencontre d’hiver à Saint-Dié.

L’occasion pour les membres de se retrouver et d’échanger sur leurs voyages de 2014.

Après la projection samedi de superbes diaporamas réalisés en Forêt-Noire, dans le pays Nissart, en Capadoce,dans les Landes,…la journée de dimanche a été consacrée à la balade.

Non loin de Nompatelize, au nord-ouest de Saint-Dié, un site volcanique qui mérite le détour.

Résolument les Amis du Randonneur s’engagent en direction des meules en rhyolite de la Salle.

A pied pour une fois. Et dans la neige.

Poursuivre la lecture de « Les meules en rhyolite de La Salle »