Avec les pompons, avec les pompons, avec les pompiers!


Aujourd’hui, nous sommes avec les pompons, avec les pompons, aaaaaaaaaaaaaa’vec les pompiers!

Cruel week-end avec les intempéries, on n’a pas sorti les bécanes.

Il ne faisait pas un temps à mettre un pompier dehors.

Surtout avec leurs nouveaux uniformes couleur peau qu’inaugurent ces pompiers canadiens!

Je me demande si ces pompiers bodybuildés ne vont pas mettre le feu dans les chaumières au lieu de les éteindre…

Il y en avait pourtant un samedi au coin de ma rue, vêtu de pied en cap, qui barrait la route.

« Qu’est-ce qui se passe?… » osait la voisine…

« Rentrez chez vous! » lui glissait le pompier à l’oreille

« Vous voulez rentrer chez moi?… »

« Non, rentrez chez vous! »

Un exercice de confinement? une bombe de gaz sarin?

« On ne vous le dit pas… »

Le mystère bien entretenu, tous les corps constitués de la commune étaient là derrière la brigade agitée, bornes incendies connectées, camions auréolés des feux lumineux bleus et orangés.

C’est dans le journal local qu’on a su le lendemain qu’une curieuse valise abandonnée sur le trottoir émettait une fumée bizarre.

De quoi affoler tout le Landerneau sausheimois. Jusqu’à Paimpol, au moins.

Ainsi de dangereux plaisants avaient choisi de faire passer la paisible commune pour un repaire de malfrats voleurs de fripes.

Dring!

C’est le vendredi soir qu’ils sonnent, en général, là où ils sont sûrs de trouver du monde, la semaine de labeur terminée.

Les pompiers viennent présenter leur calendrier.

Avec un pompier comme ça, tout le monde va foutre le feu

En Alsace, ce ne sont pas encore les éphèbes du Canada, comme ci-dessus. Non, ceux-là sont habillés avec la tenue réglementaire et le calendrier est à l’image de la caserne avec tout l’effectif réuni devant le dernier VSAB rutilant.

Les pompiers sont sympas.

Y’a même des femmes pompiers maintenant.

Chérie! c’est les pompiers…

Qu’est-ce que je donne?…

Avec les pompiers, faut pas être pingre.

Y’en a un qui prend les noms, de ceux qui ne donnent rien. …c’est pour pas passer deux fois?

Parait même qu’en cas de feu, ils ne viennent pas éteindre si on n’a pas payé…ils laissent brûler…et après ils déversent des tonnes d’eau pour achever le travail, disent les mauvais plaisants.

Certes les pompiers sont aujourd’hui professionnalisés et ça n’est pas pour plaire à ceux qui vivent le métier comme un bénévolat.

Bon alors combien?

5…, 10…, 20 euros?…

Parait que c’est pour le voyage de fin d’année en Autriche…

Moi, je n’en sais rien.

Va pour 20 euros!

18 ou 112?

On ne sait plus trop bien: c’est le 18 ou le 112, les pompiers?

Pendant longtemps, la France s’est bagarrée pour ne pas faire la promo du 112 international, ce numéro unique pour appeler les secours.

Y’avait un truc qui coinçait…on ne sait pas quoi, mais on imagine une obscure cause de perte de leadership chez l’un ou l’autre.

Maintenant, ça y est, y font la pub du 112 sur le calendrier, les pompiers.

Cette affaire là commençait à nous pomper.

Dans le même registre, vous aimerez peut-être aussi mon article sur le calendrier de la poste qui fait un tabac actuellement, comme chaque année à pareille époque.

 

Publicités

Une réflexion sur “Avec les pompons, avec les pompons, avec les pompiers!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s