L’emportièrage


Photograph: Alamy

L’emportièrage.

C’est comme ça qu’ils disent au Québec.

Bref, chez nous on parle plutôt de manger une portière.

L’un et l’autre disent la même chose: un cycliste percute une porte de voiture qui s’ouvre inopinément.

Souvent quand on est solide, on reprend sa route…

Puis, c’est après qu’on commence à se rendre compte que les dégâts sont sérieux.

Trop tard!

L’automobiliste est parti et vous n’aurez aucun recours.

Un conseil: quand vous heurtez une portière, même si vous ne tombez pas, manifestez-vous tout de suite à la police, arrêtez des témoins et noter le numéro du véhicule.

Au mieux prenez une photo de l’immatriculation avec votre téléphone.

Sachez que maintenant, la loi vous autorise à sortir du couloir vélo si vous longez des voitures.

Roulez donc au large!

lire l’article sur l’emportièrage dans le journal Le Devoir

article en relation sur les vitres teintées

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s