L’horreur aux Jeux Paralympiques


Chocs électriques, saignées, blocage de la sonde urinaire pour distendre la vessie, cuissardes trop serrées sur les membres inférieurs, torsion ou écrasement des testicules, fracture du gros orteil… Avec le boosting, le catalogue des horreurs est presque sans fin. (source)

Cette fois on peut achever d’y croire, après le dopage, voici le boosting ou l’automutilation.

Les JO atteignent le comble de l’écœurement.

Ces automutilations seraient la nouvelle forme en vogue de torture que s’infligent les participants pour stimuler leur corps et gagner des médailles.

Rideau!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s