Du vélo au rien-faire


Le non-travail à l’honneur (Trooz)

Et vous votre job, c’est quoi?

Pédaleur!

Un peu comme dans le temps, rémouleur. Le type qui rémoule.

Nous les cyclos, on a inventé le vélo universel.

Celui qui se pratique du matin au soir.

Et même la nuit, pour les plus endurcis! ou les somnambules!…

Y’a parait-il des types dans la profession qui tournent en rond à pédaler toute leur vie.

Pour le plaisir.

Un certain Hamon préconise le revenu universel.

Un truc où t’es payé à rien faire.

Il a beaucoup réfléchi, Hamon, pendant qu’on pédalait.

Il a trouvé la formule magique pour faire taire tous ces braillards qui réclament à corps et à cris du boulot depuis trente ans au moins.

On devrait l’appeler plutôt le revenu d’inactivité.

Une retraite assurée dès la sortie de l’école, en somme!

Et vous votre boulot, c’est quoi?

Rien-faire!

C’est nouveau, ça vient de sortir.

Faut pas croire, le rien-faire demande de la formation, faut son CAP de rien-faire pour entrer sur le marché de la concurrence du rien-faire.

Les postes sont déjà très demandés et rares sont ceux prêts à laisser leur place.

Le rien-faire demande un savoir-faire, on pourrait même dire un savoir-être tant le job suppose une estime de soi, une reconnaissance envers un statut tant envié.

Celui qui dit « j’sais pas quoi faire » à sa femme prend un énorme risque, celui de devoir faire la vaisselle.

C’est pourquoi le rien-faire demande de l’entraînement et de la diplomatie face aux situations imprévues.

On trouve surtout les pros du rien-faire au bistrot. C’est là où on apprend le mieux le métier car il demande de la posture au comptoir, une façon de tuer le temps avec élégance tout en sirotant son verre, avant de commander le prochain.

Pour sûr, le rien-faire va susciter des vocations et une aristocratie va naître jusque dans les plus hautes sphères de la discipline.

Le syndicat du rien-faire sera vigilant; pas question de déroger aux conventions collectives, impossible de remettre en cause le zéro heure mais, précision importante, les heures supplémentaires à ne rien faire seront majorées comme par le passé.

A ce prix là, j’en connais qui vont manifester pour ne rien faire le dimanche…

Par exemple, avant d’aller jouer à la belote, faut penser d’abord à aller jouer son loto.

Un vendredi 13, ça ne doit pas se rater, le loto.

Le rien-faire demande aussi de la ponctualité; on n’ira pas jusqu’à pointer comme à l’usine, mais faut respecter les heures de repos, celles de la sieste notamment.

C’est la condition sine qua non pour être en pleine forme avant d’attaquer la fin de journée.

Il va falloir s’y faire: rien-faire et être payé pour ne rien faire est devenu une activité comme une autre.

En somme, nos politiques, fins stratèges, faute de ne pas savoir comment réintroduire de l’emploi dans notre économie ont fini par inventer le non-travail, un truc où le temps libre va prendre de la valeur…et le mot chômage disparaître.

Ainsi reconstruire son plan de carrière va devenir beaucoup plus simple.

  • 10 ans à ne rien faire
  • 15 ans à faire pas grand-chose
  • 12 ans à faire moins que rien
  • total, vous avez droit à une retraite à taux plein de deux fois rien!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s