Les potins du lundi


jeuxIl y a longtemps que j’ai quitté les bancs de la Communale.

Alors fatalement, je ne suis plus au parfum des mœurs scolaires.

Mais jeudi ma curiosité a été récompensée.

Si les établissements d’enseignement sont des sanctuaires où l’on est vite repéré à pénétrer sans autorisation, j’ai tout prêt de chez moi un terrain d’observation fabuleux qui me démontre qu’on en sort beaucoup plus facilement.

Ce terrain c’est celui des jeux pour petits enfants.

Les enfants en bas âges, donc.

Pas les ados.

Pourtant, ce sont surtout les potaches du collège voisin qui squattent les lieux.

Au printemps quand les cours commencent à ne plus être assurés pour x ou y raisons et aussi l’hiver.

Pas seulement un quart d’heure, ni une heure, mais parfois trois à quatre heures.

La petite maison des bambins qui supporte les toboggans est réquisitionnée.

Copieusement recouverte de graffitis explicites.

Ils sont trois aujourd’hui.

Désœuvrés.

Les sacs posés contre le grillage.

Le smartphone en mains et le casque sur les oreilles.

Mon petit fils est déçu, il n’ose pas s’approcher des toboggans.

Les trois ados font la place spontanément sans même que je le demande et avec obligeance siouplait.

(Je dois fortement impressionner, me dis-je)

Je tente une approche orale…

– C’est l’heure de la pause?…

– Oui, msieur, on n’a pas cours…

– Alors le cours suivant va commencer?…

– Non, on n’a plus cours jusqu’à treize heures…alors on attend l’heure de la cantine

Je tente d’objecter:

– mais vous n’avez pas de permanence plutôt que d’être à la rue?…

– non, la permanence, c’est juste pour une heure.

– et à la cantine, c’est bon?

– c’est dégueu!

Donc voila trois collégiens dehors pendant trois heures durant.

– Pourquoi alors ne pas rentrer chez vous?

– Faut attendre ce soir…le bus du retour à la maison

Un des jeunes me confie que là où il habite, il y a bien un collège, mais il en a été exclu alors il est venu redoubler sa quatrième ici.

Il me confie à voix basse que l’école, il s’en fout.

Lui ce qu’il attend, « c’est aller au lycée d’apprentissage pour faire carreleur »

– carreleur?

– c’est juste pour avoir le CAP, pas pour carreler!

Quel gâchis!

 

Publicités

3 commentaires

  1. Probablement que détenir un CAP quelconque accorde un droit à « quelque chose » et que celui de carreleur a la réputation d’être le moins fatigant à obtenir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s