Les potins du lundi


sasa
La France est anxieuse. Le chat aussi.

Février.

Déjà!

Je suis devant ma page blanche.

Écrire est difficile ce matin.

Peut-être cette raideur du coude droit?

La souris y est pour quelque chose m’a dit le médecin.

Cinq heures 07, c’est le nombre d’heures passées devant nos écrans tablettes et smartphones.

Avant même de le savoir, j’avais répondu au jugé « 5 heures » à ma femme qui m’interrogeait!

J’avais bon. A la seule différence que ce score de 5h07 ne concerne que les ados.

J’ai donc une addiction d’ado!

Je vous présente Sasa, officiellement Saphir

sasa1
Sasa jamais content!

C’est le chat de la famille.

Il est en pension chez moi depuis des temps immémoriaux.

Quand il ne dort pas allongé sur un de ses trois tapis, il sait être pénible.

Toujours à vouloir quémander quelque chose.

Mais quoi?

De la nourriture qu’il délaisse aussitôt.

DSC07583
Sasa est partageux, un communiste qui s’ignore?

Il existe un  protocole incontournable: se rendre à sa gamelle dans le garage et lui délivrer de la viande.

L’exercice est périlleux car Sasa a tendance à se mettre dans nos pieds, empressé et salivant à l’odeur alléchée.

Il est content cette seule fois là; il goûte sa pitance puis revient gratter à la porte pour qu’on lui ouvre.

Actuellement Sasa ne boit qu’à l’extérieur l’eau d’un gobelet sur la terrasse. Pas question de boire l’eau de sa cuvette au garage.

Je ne comprends pas quelle est la différence entre l’eau du dehors et l’eau du dedans.

Boire dehors, ça fait plus baroudeur peut-être…

Il m’agace.

Comme quoi les choses graves de l’actualité ne sont pas essentielles face à notre quotidien.

La France a peur, il faut lui faire peur

Il faut se faire une raison…sans trop s’inquiéter.

Les météorologues font leurs choux gras des inondations; le message entendu est « soyez prudents ».

A telle enseigne que nos belles journalistes météo se baladent sur les bords de Seine les pieds dans l’eau, le micro à la main.

Soyez prudentes, mesdames!

La météo, c’est anxiogène, par principe.

La France a peur et si elle n’a pas peur, il faut lui faire peur.

La Marne aval fait des frayeurs aux Franciliens, leur rappelant au passage qu’ils habitent un bassin, le Bassin Parisien où les bains de pieds ne sont pas impossibles. Le Zouave en sait quelque chose.

Malbouffe, terroristes, immigrés, météo, mêmes peurs, même combat!

Et suprême angoisse, retardez au plus loin votre entrée dans l’enfer des Ehpad car vos jours dans le caca y seront comptés!

Oui, c’est bien moi qui ai tué ma femme!

Un certain Daval fondant en larmes.

C’est l’image qu’on retient des lucarnes cathodiques.

C’est sûr qu’après son forfait, la soldatesque l’a malmené comme il faut pour obtenir des aveux. L’aveu, en France, est fondamental.

Le code de procédure pénale exige t-il des aveux?

Je ne le crois pas.

Mais c’est un mode de preuve pour le Code de procédure pénale à l’article 428

Oui, c’est moi qui ai tué ma femme!

Les gendarmes pouvaient sabler le champagne, il avait avoué.

Avouer, c’est déjà comme expier la faute, une sorte de jugement dernier par procuration avant que la justice des hommes ne se prononce.

Sainte Barbe d’abord, les prétoires ensuite.

Avouer c’est d’abord la justice du divin, mais n’y a t-il pas aussi un fond d’inquisition moyenâgeux dans ces techniques de recherche de la vérité?

Déverser un peu d’huile bouillante dans la gorge? lui arracher les ongles? un p’tit coup de gégéne à la rigueur? non, aujourd’hui un psychologue vous fait tout dire dans l’antichambre de la Légion.

On n’arrête pas le progrès!

Les techniques pour vous faire avouer ne sont plus ce qu’elles étaient, la France a beaucoup appris au fil du temps.

Faut dire aussi qu’Orwell est devenu un enfant de cœur avec son phonoscript et son télécran. Depuis « 1984 », la police de la pensée de Big Brother a fait de grands pas puisqu’il semble que nos téléphones n’arrêtent pas de matcher à tous les coins de rue et de bois et nos SMS de parler en toute indiscrétion.

Daval avait le droit de ne rien dire. Lui a t-on seulement dit qu’il avait droit au silence?

Oui, c’est la procédure!

Daval n’est pas encore jugé et il est, faut-il le rappeler, présumé innocent.

Ceux qui jouent aussi un rôle déterminant dans l’opinion, ce sont les avocats.

Ils se prêtent avec complaisance à des mises en scène auprès des médias pour donner un tour encore plus dramatique à l’information. L’avocat, il est vrai, a tout d’un acteur de série B et sa notoriété y est en jeu.

Un autre qui tient tête à l’institution des hommes, c’est le sieur prénommé Nordhal.

Lui au moins sait résister à la pression.

On voit qu’il est passé par l’institution militaire, il a donc du métier face à l’adversité.

Les faits divers comme on le voit sont capables d’occuper l’esprit public grâce à l’amplification médiatique…et aux Fake News des médias sociaux.

J’y participe aussi modestement en emboitant le pas des journaliers de la comédie humaine.

La société semble inquiète de ces évènements. Elle se raidit.

Les femmes agressées balancent à tout va comme si un vent de bestialité s’était subitement révélé en provenance de la gent masculine.

Société macho, société allo bobo maman!

Tout le monde y passe, même un ministre qui fait le gros dos.

Faut dire que sa copine Schiappa balance pas mal aussi.

Vive le matriarcat! semblent manifester nos sœurs castratristes

Attendons donc de voir cette semaine comment les adeptes du « vroum-vroum anti-80 » vont prospérer…et comment notre président En Marche va être reçu en Corse…

Ralentir sur la route pour nombre d’entre-nous est un non sens, une atteinte insupportable à notre liberté d’aller et venir vite. Même les routiers à bord de leurs camions se plaignent de ne plus faire l’aller et retour dans la journée s’ils doivent ralentir leurs coursiers de 10 km/h!

C’est dire si la mesure Philippe a des détracteurs. En Marche oui! mais avec lenteur.

Les motards?

A mon avis, ils font fausse route avec les automobilistes car de toute manière ils ne respectent déjà aucune vitesse légale…en quoi cette réduction de vitesse supplémentaire peut-elle les gêner?

Bref la semaine à venir va être palpitante.

Enfin! pourrait-on dire, les mécontents de tous poils commencent à se manifester et la belle concorde macronienne de l’opinion fait voir quelques fissures.

Attendons que cette ferveur trouve un écho chez nos politiciens.

Je m’en lèche les babines d’avance.

Mon chat aussi.

Publicités

Une réponse sur « Les potins du lundi »

  1. Je ne veux pas de bestiole chez moi (*) mais il faut reconnaître que ce chat est vraiment magnifique, un des plus beaux que j’ai vus.

    (*) ce qui ne m’empêche pas de rendre la vie la plus sereine possible aux hérissons qui trouvent gîte et pitance sur mon terrain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s