Leimbach, l’hécatombe


b_1_q_0_p_0
Sonneur à ventre jaune

Des centaines de batraciens sont morts écrasés ces derniers jours dans la montée de Rammersmatt (Haut-Rhin) en venant de Leimbach.

Certaines routes sont protégées.

A l’aide de filets disposés au bord de l’accotement, des bénévoles recueillent les tritons, salamandres, grenouilles et crapauds dans des seaux, puis les relâchent au petit matin de l’autre coté de la route.

P3130001.jpg
Le fait de leur rouler dessus ne garantit pas que la mort est immédiate.

Ces animaux quittent leur lieu d’hivernage pour rejoindre celui de la reproduction.

A Leimbach, ça s’est mal passé.

Aucun dispositif!

Des filets comme ici à Wattwiller évitent l’écrasement des batraciens pendant la nuit.

Certaines routes sont fermées la nuit.

Je suis monté hier avec mon vélo et la route était jonchée de cadavres.

Il existe des associations Bufo et Aspas (Association pour la protection des animaux sauvages) capables de fédérer les bénévoles.

Je regrette de ne pas avoir eu le bon réflexe de les contacter si près de chez moi.

vidéo du Bufo en relation…

Publicités

Une réponse sur « Leimbach, l’hécatombe »

  1. C’est malheureux pour ces bestioles mais si des centaines sont mortes, c’est que des dizaines de milliers sont sauves. La Nature s’en remettra. Même si on voulait éradiquer les batraciens ce n’est pas avec les voitures ou les VAE qu’on y arriverait…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s