Franchouillard le vélo?


On pourrait dire aujourd’hui ringard. Cette image du vélo nous colle à la peau, à nous les cyclistes à sacoches, les cyclistes à remorque, les cyclistes boudinés dans leur cuissard à élasthanne au bord de la rupture.

Jean Carmet et Michel Audiard l’avaient tout de suite vu: ringardiser le coureur cycliste ferait marrer la France.

Cinquante ans après on ne se marre plus, on rame. On rame pour faire revenir le vélo au rang qu’il mérite dans les mobilités urbaines.

Carmet et Audiard, vous nous avez joué un sale tour.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s