Jour : 13 décembre 2019

Il a gagné son pari

Boris sait faire people avec son vélo à la main. Il a réussi en remportant massivement les législatives. Le Brexit aura bien lieu. Il reste à solder les comptes avec Bruxelles…et ça promet d’âpres négociations.

La retraite suisse

Travailler en Suisse, une valeur sûre. Même à vélo

Et chez nos voisins suisses, c’est quoi la retraite?

Cycliste, je suis fréquemment amené à côtoyer des cyclistes frontaliers, c’est à dire des amis français travaillant en Suisse.

Quel est leur système de retraite?

Il est totalement différent de la France. En Suisse, la retraite est à la fois par répartition et par capitalisation. On cotise pour soi et pas pour la génération déjà en retraite. On se constitue une rente tout au long de sa carrière et cette rente prélevée par les employeurs sur le salaire est versée sur des placements financiers qui rapportent plus ou moins d’intérêts en fonction de la conjoncture.

Ainsi, en Suisse, il y a trois piliers d’assurances qui se juxtaposent:

  • un pilier de répartition appelé AVS obligatoire (Assurance Vieillesse et Survivants). La rente constituée repose sur les cotisations salariales en fonction des revenus, des années de cotisations et de bonifications liées à l’éducation des enfants. En Suisse, l’âge légal de la retraite est fixé à 64 ans pour les femmes et à 65 ans pour les hommes. La perception de la rente AVS peut être anticipée de un ou deux ans. La prévoyance professionnelle offre la possibilité de prendre une retraite anticipée (l’âge minimal est fixé à 58 ans). Une perception anticipée de la rente entraîne évidemment une réduction de celle-ci.
  • un deuxième pilier de capitalisation aussi obligatoire appelé Prévoyance Professionnelle qui peut faire l’objet d’un versement en capital lors du départ à la retraite ou même avant pour financer l’achat de sa maison
  • un troisième pilier facultatif constitué d’une épargne individuelle si vous avez encore les moyens de cotiser et que l’on ne touche qu’en capital lors du départ.

Il faut donc faire attention à la façon dont on gère sa rente, prélever le capital disponible diminue d’autant la rente mensuelle.

Le système est-il plus juste?

En Hollande l’âge de départ est à 67 ans et la retraite par capitalisation est gravement menacée par les taux bas des placements financiers de l’épargne salariale

Difficile à dire car une partie de l’épargne par capitalisation dépend des cours financiers de l’épargne. L’épargne individuelle constituée est peu redistributive comme en France et le taux de pauvreté des plus de 65 ans approche les 10% en Suisse. Étonnant pour un pays réputé pour sa richesse avec un PIB par habitant qui la place au 9eme rang des nations (France 23eme rang) ! Aux Pays-Bas où la retraite est composée uniquement des revenus de fonds de pension, des années de taux bas, voire négatifs, accompagnés par une montée du nombre de retraités, en raison du vieillissement de la population, sont en train d’ébranler le système de retraite néerlandais, présenté jusqu’alors comme un modèle par tous les défenseurs de la retraite par capitalisation. (Médiapart)

Pour nos amis frontaliers travaillant en Suisse et vivant en France, le taux de change suffit cependant à rendre la retraite attractive pendant encore de longues années. Ils sont nombreux cependant à ne pas attendre 65 ans pour prendre leur retraite et préfèrent partir plus tôt (pour faire du vélo) moyennant un malus. En effet en attendant l’AVS à 65 ans, on tape en attendant son déblocage dans la rente de Prévoyance Professionnelle.