Tag: Facebook

Non, je ne suis pas ami avec tout le monde

Faut pas croire, on n’est pas devenus tous amis parce qu’on est sur Facebook.

Le réseau Facebook qu’on dit social est facilement irritant pour peu qu’on y trouve des thèses à l’exact contraire de celles que vous défendez. Et en plus, je ne parle même pas de ceux qui colportent n’importe quelle nouvelle bidonnée pourvu que ça amuse la toile. L’ortografe nivo maternelle supérieure? faut faire avec. Quand mon mental correcteur plante, je zappe.

C’est pourquoi de temps à autre…

  • je me fais virer de certaines listes tellement je suis pénible et intègre vis à vis de moi-même comme la liste FB de Pascal Bride alias « BridoUltra« . Pascal Bride est un grand cycliste mais ses émotions à deux balles m’irritent. C’est plus fort que moi.
  • j’abandonne certains groupes franchement à l’opposé de mes orientations politiques comme « nous sommes 16 millions de retraités » qui est très orientée facho, gilets jaunes
  • je réfléchis à me barrer de « Gravel Bike France » tellement ils sont chiants avec leurs questions à 5 balles
  • et pire, je vire de ma modeste liste des emmerdeurs qui pensent pouvoir s’essuyer les pieds sur mes convictions et à qui en plus je devrais dire merci. Dehors!

Ce qui fait dire à une de mes petites nièces que j’adore « tu râles tout le temps ».

Comme elle a raison!

Les plus paranos parmi les groupes, ce sont les groupes de vigilance du quartier de Tartempion. Ceux-là se sont constitués en milice Facebook et ça flippe dur toutes les nuits dès qu’un chien aboie. Ceux-là aussi, je les quitte.

Bon ça c’est fait.

Aujourd’hui jogging. Quel vilain mot!

Le jogging pour les vieux est-il ringard?

J’ai fait dix bornes après avoir mijoté une bonne partie de la journée. Vélo? rien? VTT? rien?…ce sera un jogging. Brutal: déshabillé en 10 secondes, en tenue en 20 secondes. Pas le temps de changer d’avis.

Et run!

Au bout de cinq bornes, je rallonge. Le métronome interne fait dong-dong-dong. Je le respecte dans les montées en faisant patiner l’embrayage comme si j’appuyais sur la pédale…et je débraie dans les descentes.

Le jogging pour les vieux, une ringardise à la mode

C’est clair, je fais grand-père avec mon score. Les mômes se marrent dès que je les ai croisés.

Être sportif à partir d’un certain âge, ça vous décote. C’est comme celui qui a trois plateaux, ça fait ringard. (lire l’article)

Ma grand-mère fait-elle du vélo?

IMG_6571.jpg
Facebook se paie une pleine page dans les journaux aujourd’hui. Une façon pour Mark Zuckerberg de se donner bonne conscience après le piratage de nos données FB

En voilà une question!

 

Ma grand-mère fait t-elle du vélo?

Si je vous réponds oui, c’est une donnée.

a987d27e.jpg

Oui, vélomaxou avait bien une grand-mère qui faisait du vélo, dira Facebook

Si je vous réponds non, c’est une donnée aussi.

Notez que beaucoup d’entre-nous s’en foutent de savoir si ma grand-mère fait du vélo.

Alors…

Alors, ce qui est important c’est la donnée.

Peu importe son importance, c’est une donnée qui va alimenter quelque part dans le monde un data center.

Sans même que vous y songiez.

Le dire n’est pas trop grave, mais l’écrire sur Facebook pourra un jour se retourner contre votre gré.

Toute donnée a un prix. C’est pourquoi les données de notre vie privée se négocient.

Oui, vélomaxou avait bien une grand-mère qui faisait du vélo.

Peu importe que c’était en 1912, ma grand-mère faisait du vélo quand même.

On pourra ensuite retrouver des données agrégées capables de profiler votre personnalité…

Voila un type dont la grand mère faisait du vélo en 1912, qui dit du mal des bagnoles, des tracteurs, du curé du village, des pesticides, de l’air qu’il respire, de Macron et de Hulot.

Difficile à cerner ce type….

Bref, on va le classer dans les dangereux activistes et lui proposer des pilules relaxantes sur les pub Facebook.

Aujourd’hui l’agrégation des données personnelles font que notre vie privée devient publique avec le net…et son corollaire les réseaux dits sociaux comme Facebook

Il faut donc se méfier de ce qu’on y écrit…et des images avec reconnaissance faciale qu’on y dépose.

Je suis ébahi de voir la candeur avec laquelle on s’exprime sur Facebook et comment on laisse prospérer sur le net des traits pas toujours reluisants de notre personnalité ou de notre vie privée.

Aujourd’hui l’Europe tente de rectifier le tir et de défendre notre droit à l’intimité avec la RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données).

Je pense que c’est du bidon…surtout chez nous en France avec la CNIL qui est une coquille vide incapable de faire appliquer la loi.

Car dans le monde libéral, toute agrégation et croisement de données privées est propice à faire du fric.

Alors notre responsabilité à tous, c’est de ne pas jouer les vedettes sur le net si on ne veut pas le regretter ensuite.

Les vidéos explicatives sur le net sont nombreuses.

J’ai choisi celle-ci

lire aussi cet article de la Quadrature du Net sur vos questions sexuelles posées à Cortana, l’intelligence artificielle de Microsoft

Les potins du lundi

decerveler

“Comment pouvons-nous consommer le maximum de votre temps et de votre attention?”

C’est ainsi que Sean Parker, ancien président fondateur de Facebook décrit le premier site communautaire mondial qui comprend plus de deux milliards d’utilisateurs.

Ça ne vous rappelle rien?… Poursuivre la lecture de « Les potins du lundi »

La planète des causeux

Causeux, certes je le suis et je le revendique.

Écrire, Maxou sait faire. Un peu.

Causer de la pluie, du beau temps, des vélos.

Causer aussi parfois pour ne rien dire.

Comme ça, pour passer le temps.

Poursuivre la lecture de « La planète des causeux »

Vélomaxou fait les délices de Facebook


Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Vélomaxou fait les délices de Facebook
Vélomaxou a les honneurs du site Facebook dans des termes explicites…

« un putain d’emmerdeur cycliste écologiste a fait un blog
anti rallye et qui veut venir faire chier le rallye de france je
vous invite a le descendre en laissant des coms sur ca merde de
blog. »

Le plus amusant, c’est que son auteur y affiche clairement son
nom.