Étiquette : réforme des retraites

Les potins du lundi

Rouler dans la boue, le gravel bike s’inspire parfois du cyclo-cross. C’est pas Gravel ça 😂 il faut un tracteur Ça tiens pas dans la merde, mais ça roule sur le dur 🤣 les membres du Gravel Bike se taquinent entre-eux

L’amateurisme en question

Gravel Bike, encore un anglicisme à faire bondir. Le groupe Gravel Bike France sur Facebook rassemble tous les adeptes de la formule qui consiste à rouler sur des chemins plus ou moins cyclables avec des vélos de route à gros pneus.

J’ai de la sympathie pour eux car derrière cette découverte d’une nouvelle pratique, les membres du Gravel Bike France sont en proie parfois à des expériences déroutantes. Quels pneus? quels freins? le Gravel Bike France de Facebook est devenu un banc d’essai qui suscite parfois la tendresse tant les adorateurs font preuve d’amateurisme en la matière tout en oubliant que le VTT répond déjà à la plupart des sollicitations.

Cet amateurisme là est réconfortant car il montre que le vélo attire de nouveaux adeptes…et je ne pense que du bien d’eux, pourvu qu’on roule.

800.000!

En revanche, au Gouvernement, c’est le grand n’importe quoi. Même les adorateurs macroniens sont dans la crainte: leur poulain ne va t-il pas capituler en rase campagne avec sa réforme des retraites?

Nous étions donc 800.000 à manifester contre la réforme des retraites jeudi 5 décembre. Le nombre n’est pas contesté. J’ai fait presque 50 km à vélo pour m’y rendre! Mais le mouvement du 5 décembre a entrainé de curieuses répliques qui risquent de se propager jusqu’à Noël.

On annonce que mardi, ça recommence. Chouette!

Oui, c’est vrai, se réjouir n’est pas de bon ton à quelques jours des fêtes de fin d’année.

Le projet du gouvernement semblait séduisant. Sur le papier. Beaucoup y ont senti l’arnaque. Réduire les différences entre les régimes au nom de la justice sociale, favoriser les carrières hachées, prendre en compte les petits boulots,…oui c’est de bon ton.

Mais on découvre jour après jour l’énorme complexité du système à mettre en œuvre pour rapprocher des régimes fort différents. Comme si nous avions eu affaire à des amateurs. Comprendre que les enseignants vont avoir des pensions rétrécies, que les CRS vont devoir bastonner les Gilets jaunes sur les ronds-points jusqu’à 64 ans,…tout cela n’avait pas été pensé, hiérarchisé. Où sont les simulations? les modèles de transition? je crains que le gouvernement navigue à vue.

Des amateurs. Oui on a bien des amateurs au pouvoir. Des apprentis-sorciers? peut-être! Dans ce cas il va falloir beaucoup d’incantations pour convaincre le bas peuple.

Contre la réforme des retraites

Le Gouvernement s’apprête à modifier profondément notre contrat social en portant gravement atteinte à nos acquis sociaux et en particulier en allongeant l’âge de départ à la retraite à 64 ans voire même au-delà.

L’immense majorité des travailleurs se mobilise pour le jeudi 5 décembre. J’invite tous les retraités à la solidarité dans l’action pour contraindre le pouvoir à renoncer à son projet.

Jeudi 5 décembre à 13h30, rendons-nous tous place de la Bourse à Mulhouse pour manifester…j’y serai.

Moins de vieux à vélo, c’est possible…

 

 « Ensemble, tout devient possible »

On y a tous plus ou moins cru.

En fait, ce slogan aguicheur ne visait qu’une petite caste
identifiée ensuite comme faisant partie de l’entourage
bling-bling du postulant.

Aujourd’hui, il n’est plus question de donner à la France une
image de farniente alors que les usines manquent cruellement de
bras.

C’est de façon caricaturale ce qu’il convient de retenir du
message donné car on sait bien que la désindustralisation n’a cessé
de croître au fil du temps et que la France est une grande friche
industrielle.

Il suffit de parcourir le bassin potassique en Alsace pour s’en
convaincre.

Maintenant que les caisses sont vides (pas
toutes)
, il est temps de retrousser les manches.

Comme en 36!

Enfin, petit à petit, le gouvernement de la République va
arriver à ses fins: il va y avoir moins de vieux à vélo sur nos
routes.

Qu’on ne s’y trompe pas, en repoussant l’âge légal de départ à
la retraite, nos gouvernants ne visent qu’une chose: faire en sorte
que moins de gens se baladent dehors sans rien faire d’autre que du
vélo.

Si l’on peut admettre que les riches se planquent dans des
paradis lointains sous un parasol en sirotant une limonade, en
revanche c’est une atteinte grave à l’ordre public que de voir
déambuler sur nos routes d’alertes quinquas en culottes
courtes.

En allongeant progressivement l’âge de départ à la retraite à 67
ans, l’opération ne peut être que salutaire pour le bien public
puisqu’elle va enfin permettre de résoudre le problème embarrassant
des vieux à vélo sur nos routes.

En les obligeant à faire autre chose qu’à emmerder le monde sur
les vicinales et à permettre enfin aux camions de doubler sans
ralentir et sans frôler la correctionnelle, les vieux cyclistes
vont débarrasser le terrain petit à petit au fur et à mesure qu’on
va les garder à l’usine plus longtemps.

La grande Fédération Française de Cyclo Tourisme (FFCT) dont le
staff et les membres  atteignent déjà l’âge canonique va donc
revoir sa stratégie de développement et de recrutement puisqu’elle
ne pourra plus compter sur la venue de nouvelles générations de
retraités aussi alertes dans ses rangs.

Elle ne s’y est d’ailleurs pas trompée en se résignant à
admettre de nouveaux adhérents septuagénaires munis de vélos à
assistance électrique (VAE) et à envisager aussi des ramassages par
car pour la montée des ballons vosgiens lors des brevets
montagnards.

Mais n’est-ce pas un combat d’arrière-garde perdu d’avance que
de vouloir maintenir coûte que coûte des vieux en forme en les
incitant à faire du vélo? et alors que nos protections sociales
sont exsangues?

C’est effectivement une question de société fondamentale qui se
pose.

Déjà les critères de pénibilité des emplois sont revus à la
hausse pour nous rendre cagneux plus vite et des cohortes de
professions à risques rechignent; parmi eux des travailleurs
postés, des voltigeurs, des camionneurs, des mainteneurs du
nucléaire…sans parler de tous les sans voix et sans grade qui
n’ont personne pour les représenter.

Après avoir taillé en pièces notre système de protection
sociale, avec le déremboursement des médicaments, la fermeture des
hôpitaux jugés « non rentables », le non renouvellement des
personnels hospitaliers, l’organisation d’une médecine à deux
vitesses privilégiant les plus riches, notre Président peut
effectivement se prévaloir d’un bon bilan économique.

Il a bien fait le job.

On pourra lui offrir un vélo.

En se cotisant.

Retraites, une réforme déséquilibrée

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Retraites, une réforme déséquilibrée

« Le fardeau ne pèse lourd qu’à celui qui le porte. »

C’est un truisme de le rappeler. Et pourtant dans le débat en
cours en France, force est de constater qu’on charge la barque
injustement du même coté. Une injustice que nos voisins allemands
acceptent sans mot dire et qu’on voudrait nous montrer en
exemple…

Cette réforme des retraites occupe tellement le débat public
que, fatalement, les plus distraits d’entre-nous en viennent à se
poser des questions de fond.

Des questions qu’ils ne se posaient pas auparavant.Par
insouciance ou par incompréhension devant la complexité du
dispositif…

Par exemple, qu’est-ce qu’une retraite à taux plein?

En voila une drôle de question!

Un peu de pédagogie à l’attention des confrères cyclistes…

Une retraite à taux plein, c’est une pension mensuelle qui
correspond à 50% d’un salaire moyen calculé sur les 25 meilleures
années de rémunérations. Le vocable est donc en soi trompeur.

Quelles sont les conditions pour la toucher?

C’est la double peine qui fait tant débat dans le projet de
réforme des retraites : pour la toucher, il faudra non seulement
avoir cotisé pendant 41,5 ans (en 2020) à une caisse de
retraite, mais en outre avoir atteint l’âge de 67 ans
(applicable en 2023). Soit le dispositif le plus
contraignant d’Europe!

Cela signifie que tous ceux qui ont commencé à travailler avant
25 ans seront pénalisés en ayant cotisé bien davantage que
nécessaire une fois l’âge de 67 ans atteint.

Sans parler des femmes, mères de famille, qui peineront encore
plus qu’aujourd’hui à réunir les conditions optimales.

Si vous partez avant 67 ans, même en ayant atteint les 41,5
années de cotisations, vos 50% de retraite « à taux plein » seront
amputés.

C’est à dire qu’il faudra songer à diviser au moins par deux
votre niveau de vie, en l’absence de retraite complémentaire.

Une satisfaction cependant: vous allez pouvoir revendre votre
voiture et rouler à vélo!

Elle est pas belle la vie!

(sources
CFDT/AG2R)

Pas de retraite pour les vélos!

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Pas de retraite pour les vélos!

Alors comme ça, on voudrait nous faire travailler jusqu’à 67 ans
« sans des côtes »?

Et si les cyclistes se mettaient, eux aussi, en grève? avec
barrages des routes et interdiction de grimper le Platzerwasel?

Une grève destinée à faire plier tous les empêcheurs de cycler
en rond, en long et en hauteur?

Bien sûr, il y en aura toujours pour délèguer leur pouvoir de
cycler par procuration, ceux qui refuseront d’abandonner leurs
vélos, tous ces intempérants du Grand-Ballon ou même du Hundsrück,
qui pour rien au monde, ne voudront abandonner leur bécane le temps
d’une manifestation de protestation en faveur du temps libre.

Ceux- là se feront représenter par les cyclos des villes,
chômeurs désargentés, facteurs sans sacoches et autres papys d’Aldi
en mal de courses.

Coursiers des villes et des champs, unissez-vous et défendez vos
retraites et vos vélos!