Étiquette : cols vosgiens

Cols régionaux, l’inflation

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le col du Petit Ballon, une appellation purement touristique

J’avais épinglé dans le passé les offices de tourisme qui baptisent du nom de col des côtes présentant un intérêt pour la clientèle cycliste.

Faire venir des cyclistes chez soi pour les vacances mérite quelques écarts avec les toponymes.

Par exemple dans les Vosges est apparu dernièrement le col du Petit Ballon.

Certes se faire photographier devant le panneau du Petit Ballon avec son vélo, ça a de la gueule.

Pourtant le Petit Ballon n’est pas un col au sens géographique du terme.

Mais passons!

Le Tour de France, qui n’est pas à une approximation près, baptise bien du nom le col du Grand Ballon dans ses publications.

Aujourd’hui, c’est au tour des promoteurs du Morvan.

Mon confrère blogueur Dominique Arnaud ne se prive pas de crier victoire Comment quelques panneaux de signalisation peuvent-ils mettre en joie un cycliste blogueur ? Je vais vous le dire en quelques mots. En 2016, me baladant dans la région d’Autun et dans le proche Morvan, m’intéressant à la topographie, aux paysages, au relief de ces petites montagnes souvent granitiques, et aussi à l’effort que nécessite leur ascension, j’avais remarqué que de nombreuses côtes et souvent cols géographiques n’étaient pas répertoriés. à lire ici

Voici qu’une rafale de cols viennent de sortir des cartons pour épater la galerie.

  • le col de la Croix de Messire Jean
  • le col de la Croix Vermont
  • le col des Blanchots
  • le col de la Porolle

J’ai regardé dans le catalogue de mon club Cent Cols, je ne les ai pas trouvés…

Peut-être seront-ils reconnus et ajoutés un jour par notre comité des sages!…

Les Cent Cols ont le jugement sévère: les cols refusés par les gardiens de la règle sont au nombre de 600 environ rien qu’en France…et dernièrement vient d’être retiré le col du Breitfirst pourtant accepté comme tel dans le passé.

En revanche deux nouveaux cols viennent d’être agréés dans le Haut-Rhin du coté du col du Schirm

  • le col du Sickertbach (68-0647)
  • le col de Luttersberg ( 68-0717).

Ils seront découverts lors de la journée régionale des Cent Cols le 16 juin prochain.

Rdv à 9h30 à Sentheim avec vos VTT devant l’église.

à lire aussi:

le col du Marksteim

les cols vosgiens

 

Révisons nos cols!

Col de Valsberg (57/652) C’est en Moselle. Les cols vosgiens sont repérés par ce panneau rond blanc à liseré vert caractéristique. A VTT, les promeneurs nous voient souvent tourner en rond à la recherche du fameux panneau

En attendant le beau temps, pourquoi ne pas réviser!

Le massif vosgien est un formidable terrain d’entraînement au franchissement de cols.

Cols routiers ou cols « muletiers », ils sont 431 à être labellisés par mon club, le Club des Cent Cols. Poursuivre la lecture de « Révisons nos cols! »

Le col du Grand Ballon, une curiosité…

Qui aime bien,  châtie bien!

J’ai encore trouvé des olibrius qui nous font rêver avec le col du Grand Ballon.

Le col du Grand Ballon, vous connaissez?

Bien sûr, cela fera rire les habitués des lieux. Poursuivre la lecture de « Le col du Grand Ballon, une curiosité… »

Non, le Grand Ballon n’est pas un col

Le Grand Ballon (vélomaxou)

Non le Grand Ballon n’est pas un col, hélas!

Mon accompagnateur venu de loin « faire des cols » à vélo est surpris.

Poursuivre la lecture de « Non, le Grand Ballon n’est pas un col »

Moins de vieux à vélo, c’est possible…

 

 « Ensemble, tout devient possible »

On y a tous plus ou moins cru.

En fait, ce slogan aguicheur ne visait qu’une petite caste
identifiée ensuite comme faisant partie de l’entourage
bling-bling du postulant.

Aujourd’hui, il n’est plus question de donner à la France une
image de farniente alors que les usines manquent cruellement de
bras.

C’est de façon caricaturale ce qu’il convient de retenir du
message donné car on sait bien que la désindustralisation n’a cessé
de croître au fil du temps et que la France est une grande friche
industrielle.

Il suffit de parcourir le bassin potassique en Alsace pour s’en
convaincre.

Maintenant que les caisses sont vides (pas
toutes)
, il est temps de retrousser les manches.

Comme en 36!

Enfin, petit à petit, le gouvernement de la République va
arriver à ses fins: il va y avoir moins de vieux à vélo sur nos
routes.

Qu’on ne s’y trompe pas, en repoussant l’âge légal de départ à
la retraite, nos gouvernants ne visent qu’une chose: faire en sorte
que moins de gens se baladent dehors sans rien faire d’autre que du
vélo.

Si l’on peut admettre que les riches se planquent dans des
paradis lointains sous un parasol en sirotant une limonade, en
revanche c’est une atteinte grave à l’ordre public que de voir
déambuler sur nos routes d’alertes quinquas en culottes
courtes.

En allongeant progressivement l’âge de départ à la retraite à 67
ans, l’opération ne peut être que salutaire pour le bien public
puisqu’elle va enfin permettre de résoudre le problème embarrassant
des vieux à vélo sur nos routes.

En les obligeant à faire autre chose qu’à emmerder le monde sur
les vicinales et à permettre enfin aux camions de doubler sans
ralentir et sans frôler la correctionnelle, les vieux cyclistes
vont débarrasser le terrain petit à petit au fur et à mesure qu’on
va les garder à l’usine plus longtemps.

La grande Fédération Française de Cyclo Tourisme (FFCT) dont le
staff et les membres  atteignent déjà l’âge canonique va donc
revoir sa stratégie de développement et de recrutement puisqu’elle
ne pourra plus compter sur la venue de nouvelles générations de
retraités aussi alertes dans ses rangs.

Elle ne s’y est d’ailleurs pas trompée en se résignant à
admettre de nouveaux adhérents septuagénaires munis de vélos à
assistance électrique (VAE) et à envisager aussi des ramassages par
car pour la montée des ballons vosgiens lors des brevets
montagnards.

Mais n’est-ce pas un combat d’arrière-garde perdu d’avance que
de vouloir maintenir coûte que coûte des vieux en forme en les
incitant à faire du vélo? et alors que nos protections sociales
sont exsangues?

C’est effectivement une question de société fondamentale qui se
pose.

Déjà les critères de pénibilité des emplois sont revus à la
hausse pour nous rendre cagneux plus vite et des cohortes de
professions à risques rechignent; parmi eux des travailleurs
postés, des voltigeurs, des camionneurs, des mainteneurs du
nucléaire…sans parler de tous les sans voix et sans grade qui
n’ont personne pour les représenter.

Après avoir taillé en pièces notre système de protection
sociale, avec le déremboursement des médicaments, la fermeture des
hôpitaux jugés « non rentables », le non renouvellement des
personnels hospitaliers, l’organisation d’une médecine à deux
vitesses privilégiant les plus riches, notre Président peut
effectivement se prévaloir d’un bon bilan économique.

Il a bien fait le job.

On pourra lui offrir un vélo.

En se cotisant.

Trois ou quatre cols vosgiens

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Trois ou quatre cols vosgiens

vélomaxou

Même en les parcourant au moins une fois l’an, ces trois sommets
ne laissent personne indifférent.

Firstplan, Petit Ballon puis Platzerwasel et retour par le Grand Ballon.

Le Firstplan est une agréable mise en jambes.

Surtout dans la fraîcheur du petit matin.

Quand la côte de Wasserbourg surgit, il faut tout de suite
adopter le bon braquet (passages à 9%), celui qui convient le mieux
me permettra, en plus, d’admirer le paysage.

Dès que la forêt s’estompe, le Petit Ballon apparaît dans toute
sa splendeur.

A Sondernach, on aborde à nouveau la pente qui mène au
Platzerwasel, avant le Breifirst.

Ereintant avec une pente max à 9,6%!

Car le soleil est déjà haut à cette heure et les bidons se font
vides…

Les premiers cyclos venus en vacances de Belgique et de Hollande
commencent à sillonner le massif.

Si les plus jeunes font preuve de fougue, les vétérans montrent
de l’inquiétude devant les premières pentes vosgiennes.

Mais ils apprennent vite, car ils aiment le vélo.

Heureusement, de confortables véhicules d’accompagnement sont là
pour le cas où…

On aura encore un peu de jus, malgré tout, pour franchir le
Grand Ballon et filer sur Mulhouse.

Dans la plaine, la chaleur est lourde avec 28°C.

130km et 2200m…et 18 de moyenne.

On s’en contentera humblement.

Mérite un coup de coeur et les mollets en compote.

 

Histoire de cols vosgiens

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Histoire de cols vosgiens

vélomaxou

Ce matin, beau périple en perspective dans les
Hautes-Vosges.

170 km de cols vosgiens et 3000 mètres de dénivelées!

De quoi affoler les cardios…

Un petit groupe de six dont, parmi nous, Thierry, un troyen, et
Jean-Marie, un thionvillois.

Deux cyclos qui n’ont pas fait le déplacement pour rien: ils ont
tenu la tête du peloton toute la journée. Histoire de ne rien
manquer du paysage…Bravo à eux!

Après le Hundsruck monté par Vieux-Thann, on rejoindra Masevaux
par le col du Schirm, puis on s’occupera du Ballon d’Alsace…

Après le lac d’Asfeld à moitié vide, votre serviteur trouvera la
pente peu à son goût, comme si les freins restaient serrés…il
faudra être patient, refaire son conditionnement mental en pleine
ascension n’est pas une mince affaire, surtout avec ce ballon rond
interminable dont on ne voit pas la fin…

A l’auberge du ballon, service médiocre et peu chaleureux.

Manifestement, on n’était pas les bienvenus. On saura s’en
souvenir…

Descente glaciale sur Saint-Maurice sur Moselle avec des rafales
de nord-est qui nous déséquilibrent mais des vues superbes sur la
vallée en soleillée.

Heureusement, on a emporté des couches avec nous, un deuxième
maillot, un coupe-vent, des manchettes, des jambières et des gants
longs…sans oublier le sous-casque!

On croisera des dizaines de cyclistes qui montent depuis
Saint-Maurice, le coté le plus difficile…On compatit pour
eux.

Ensuite vient le col du Page.

Route sympa à l’abri de la circulation et qui monte doucement
dans la forêt qui sent bon le sapin frais.

On est tout de suite en haut du col d’Oderen en quittant le
Page.

Ouf! Déja 2200 mètres de dénivellées.

Descente sur Kruth. La restauration à l’auberge du lac est
excellente et le cadre agréable.

On se retrouvera entre amis.

La montée du Bramont est sympathique…je veux dire roulante,
mais il faut quand même pédaler, hélas!

Derrière nous, le lac de Kruth qui est presque vide et la vallée
de la Thur.

Puis on « attaque » cette route dite « des américains » qui
conduit à la route des Crêtes au dessus de la Bresse.

Montée plus opiniâtre et « casse-pattes » avec un revêtement
granuleux.Vivement la fin!

A l’intersection avec la route des Crêtes, on s’équipe à
nouveau: les rafales de vent sont terribles et cisaillent notre
route.

Mais comme le paysage est beau avec cette vallée de Thann en
contrebas!

S’y ajoutent des trains entiers de motards et de voitures.

Bref, les Crêtes vosgiennes sont un grand périph en ce jour
férié!

En file indienne, nous gagnons le Markstein.

Il est déjà presque 18 heures.

Il ne reste plus qu’à rejoindre Guebwiller puis Mulhouse après
169 km parcourus à une moyenne de 19,4km/h et 3000 m de
dénivellée.Une moyenne somme toute honorable grâce aux descentes
qui compensent nos allures d’escargots dans les montées.

Mais, comme disait l’autre, je ne ferais pas ça tous les
jours!

Mérite le coup de coeur…à condition d’avoir un peu
d’entraînement avant le départ.

 

 


les images de cette journée

Avalanche de cols

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Avalanche de cols

Coup de coeur aujourd’hui.

Au programme, des cols vosgiens appréciés par les cyclistes pour
la beauté des paysages, le calme de la nature.

Les premiers jours de l’automne nous offrent ces belles couleurs
de pain chaud dont se parent les feuillages ensoleillés.

Départ à Urbès.

RN66 oblige!

De quoi se mettre rapidement en température jusqu’au col de
Bussang.

Heureusement, après le chenil, on s’engouffre dans la descente
vers la source de la Moselle.

Puis, naturellement le col du Page qui nous conduit sur les
hauteurs de Ventron.

On s’octroiera une montée à l’ermitage St-Joseph où les cors des
Alpes sont là, inopinément.

Quel bonheur!

La montée au col de Brabant nous conduit à cette délicieuse
petite chapelle et au restaurant « le
Randonneur » de Juan et Sabrina Corvillo Näpflin
.
Spécialités du terroir, bière artisanale et…tapas.

Excellent accueil!

Puis on reprendra notre périple de cols vosgiens en direction du
col de la Vierge et du col de Bramont. Avec cette splendide vue sur
la vallée de la Bresse.

Après la route des Américains, on rejoindra la route des
Crêtes.

Avec les cols du Herrenberg et d’Hahnenbrunnen.

Parmi nous, deux « centcolistes » ajouteront à leur palmarès de
cette belle journée les cols de sentiers muletiers (R1) du
Schweisel et de Neurod, en lisière de la route des Crêtes.

Après le Markstein, retour par le lac de Kruth alors que le
soleil est déjà bas et que le vent balaie le Treh.

92km et 1900m.

 

Cent cols, l’addiction

vélomaxou

La « Confrérie des Cents Cols » est diabolique: ses disciples sont addictes*
aux cols.

*une conduite qui repose sur une envie
répétée et irrépressible, en dépit de la motivation et
des efforts du sujet pour s’y soustraire (selon
Wikipédia)

Frère Vélomaxou itou!

Carte IGN100 déployée, il pastille un à un tous les cols dans un
rayon de 15km autour de Cornimont (Vosges)…

Loupe à la main, il cherche…Pas moins de 36 cols en deux
heures!

Les noms sont plus ou moins évocateurs: col des Chevrères, col
des Croix, col de Morbieux, col de la Burotte, col de Grosse
Pierre,…Tant et tant d’histoires derrière ces toponymes de
paysages façonnés par le monde rural de l’époque !…

Tous échelonnés entre 600 et 1100 mètres, il restera à
déterminer les itinéraires les plus astucieux pour en rafler le
maximum…sans trop se fatiguer; je veux dire sans trop perdre
d’altitude entre deux.

Faudra t-il passer au VTT pour franchir tous ces chemins de
traverse qui relient les cols entre -eux?

C’est une décision difficile à prendre pour un « routier »
inconditionnel qui ne veut pas abandonner la route aux
automobilistes (ils seraient trop
contents!)
.

En attendant, voila du pain sur la planche pour affronter la
rentrée automnale!