Giboulées


C’est un joli mot giboulée.

On devait voir loin et cheminer à l’estime aujourd’hui pour les éviter.

De quoi faire craquer un paysan en herbe!

Monter à Soultzmatt en terrain découvert, ventre à terre, avec un fort vent de sud-ouest.

Chateau-fort?

Je ne me lasse pas de ces clairs-obscurs qui s’impriment sur le relief du vignoble et de cette lumière intense qui rend la campagne belle.

Puis revenir le long des collines vosgiennes par le vignoble jusqu’à Staffelfelden.

Tantôt la giboulée passe devant, tantôt derrière soi.

L’essentiel c’est d’éviter ce rideau d’eau qui progresse depuis les cimes vers la plaine et qui rejoint très vite la Forêt Noire.

Je rentre sec.

Quelle chance!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s