Régionales, un enjeu mineur


Beaucoup de petites routes pour nos voyages à vélo

Irez-vous voter aux prochaines Régionales des 6 et 13 décembre?

On peut ne pas se poser la question et y aller délibérément.

On peut aussi préférer un week-end à la neige tant ce scrutin est vide de sens.

Les communes plutôt que les régions

Il faut se souvenir que si on a inventé ce stratagème dans nos hautes sphères gouvernementales qui vise à regrouper les régions, c’est dans le but de satisfaire à la pression budgétaire de l’Europe de Bruxelles et de répondre au fameux pacte de stabilité.

Or tous les experts s’accordent pour dire que la réforme de nos 36.000 communes s’imposait en priorité (la France, c’est 40% des communes de l’Europe).

Au fond de nous, simples citoyens, on sait très bien qu’en France quand on regroupe, ça veut dire augmentation des dépenses.

Pour Bruxelles, non!

Économie? non

Regrouper devrait conduire à des économies de moyens; chez nous, non! (lire à ce sujet l’article de la Gazette.fr)

On a déjà donné avec les collectivités territoriales où la multiplication des services doublons font merveille.

Heureusement, les Régions ne servent presque à rien: on ne craint donc pas de voir les dépenses s’envoler vu que c’est l’État qui tient les cordons de la bourse régionale. A contrario, nos régions n’ont pas le pouvoir de lever l’impôt, de voter des lois, d’exercer des missions de police, ni même de décider du contenu des enseignements.

Ouf, l’état jacobin est sauf!

En revanche, on peut s’attendre à voir s’intensifier pendant des années des prises de becs de tous nos roitelets pour savoir qui va emporter le titre de capitale des lycées, des transports ou de l’aide aux PME…avec à la clé des services et des directeurs déconcentrés aux quatre coins des futures grandes régions.

Bonjour les voyages administratifs!

Des pouvoirs limités

Voila peut-être de quoi réinventer des lignes de chemins de fer abandonnées…juste pour transporter nos décideurs régionaux.

On peut toujours rêver.

Arrêtons de plaisanter!

Les Régions de demain n’ont rien à voir avec les Länder allemands qu’on nous vante tant: les Länder allemands, c’est 300 milliards d’euros de budget et les régions françaises…28 milliards!

Les compétences des régions françaises restent cantonnées au lycées, aux moyens de transports (TER et autocars) et à l’aide aux PME. C’est peu.

En comparaison, les départements ont bien davantage de poids avec les routes et pistes cyclables, les collèges et la solidarité dépendance.

Les Régions qu’on nous propose demain seront donc des nains économiques mais des leviers politiques de poids.

On pourra toujours se dire que notre nouvelle grande région ALCA sera le prétexte à de nouvelles découvertes à vélo, Domrémy la Pucelle, les boucles de la Meuse, la Montagne de Reims, le Pays-Haut de Longwy, le Chaource d’Armance, l’Argonne, la Petite Suisse haut-marnaise,…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s