Cyclotourisme de janvier 2016


Cette image du cyclotourisme est-elle porteuse d’avenir?

Cyclotourisme de janvier 2016 est paru.

Cette revue ne m’enchante plus depuis longtemps mais je reste abonné pour ne pas rompre définitivement avec un mouvement cyclotouriste auquel je me sens de plus en plus étranger.

Les cyclos noirs

Ce mois-ci, la fédé s’en prend (il serait temps!) aux cyclos noirs.

Je veux parler du phénomène des cyclistes vêtus de noir et que je désigne avec humour (noir) comme des candidats à leur propre enterrement.

Après avoir milité contre la pub sur les maillots, voici la FFCT qui se réveille.

Les cyclos vêtus de couleurs sombres sont une calamité pour le mouvement cycliste.

Je m’en suis offusqué depuis longtemps.

Mais là où le phénomène prend de l’ampleur, c’est que les fabricants s’en donnent à coeur-joie en mettant sur le marché des tenues noires et en en faisant une mode.

Alors même que la chasuble jaune est obligatoire la nuit hors agglo et tend à se généraliser chez les motards, certains cyclos continuent à se comporter en irresponsables le long de nos vicinales…et en ville à la tombée de la nuit.

Il n’y aura qu’une solution, hélas, et elle sera méritée: voir l’imposition de la chasuble jaune à tous les cyclistes par les pouvoirs publics.

Je dois dire que la FFCT envoie dans ce sens un bon message à ses troupes qui dans l’ensemble sont plutôt bariolées.

Les cyclistes vêtus de noir sont souvent des gens isolés et peu conscients de leur irresponsabilité.

Le comble étant ces cyclo-sportifs du dimanche matin qui en bandes organisées défilent habillés en croquemorts à la sortie de nos villes.

Cependant en bas de la page 2 de la fameuse revue FFCT, on trouve une bande dessinée humoristique signée Jack avec deux cyclos…vêtus de noir!

La semaine fédérale de Dijon du 31 juillet au 6 août

Un article de présentation sur la prochaine semaine fédérale à Dijon fort bien écrit.

Hélas, l’engouement pour ce type de manifestation qui réunit des milliers de participants n’est pas fait pour moi.

Les dérailleurs électriques

Un article qui fait le point sur les dérailleurs électriques illustrés et fort intéressant.

L’auteur écrit: « il faut savoir que la panne de la batterie bloque tout le système avec pour seule consolation le fait que la chaine tombe alors sur le plus petit plateau »…ce qui n’est pas la vérité totale.

Voici ce qui se passe en cas de baisse de la capacité électrique d’une batterie sur le système Shimano Di2…

Lorsque la charge de la batterie est basse, tout d’abord le dérailleur avant cesse de fonctionner, puis le dérailleur arrière
cesse de fonctionner. Lorsque la batterie est complètement épuisée, les dérailleurs resteront fixés à la dernière position de changement
de vitesses. Si l’indicateur de batterie est allumé en rouge, il est conseillé de recharger la batterie dans les plus brefs délais.

Le congrès de Montpellier

Après son congrès, le président Lamouller souhaite toujours « diversifier les activités par une pratique douce et plus utilitaire ».

Vœu pieux puisqu’on sait que les clubs ne sont pas prêts à abandonner leur vision avant tout sportive et élitiste du cyclotourisme.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s