Col du Holzwasen à VTT


col du Holzwasen (815m)

J’avais déjà gravi le col du Holzwasen en 2012 (voir mon article)

Pour tout dire, je ne me destinais pas à le refaire aujourd’hui.

Je voulais voir la neige.

Au parc à cigognes de Soultz, je ne sais pas encore l’état de la route du col Amic

Le plus simple était de monter le col Amic.

Mais une fois arrivé à la Croix Zimmermann, impossible de continuer car la route est verglacée.

Une glace compacte où la chute à vélo est instantanée.

Je mets difficilement pied à terre sur le verglas et je prends le chemin à gauche qui mène à la Chapelle Sicurani.

Le chemin à gauche qui mène à la Chapelle Sicurani.

Guère plus praticable; l’eau de ruissellement a gelé dans le chemin et c’est une patinoire.

Je prends donc le sentier de randonnée pédestre et je grimpe….

Dans cette montée, je perds le sentier. Je fais un tout droit gratiné qui affole la pendule

J’émerge de la pente. Je ne sens plus le froid. Même au bout des doigts!

Maigre récompense, j’ai une vue sur la Forêt Noire en face. La plaine d’Alsace est brumeuse en bas

La route du col Amic apparait en contrebas de mon chemin.

J’abandonne l’idée de rejoindre le col Amic. Après la Croix Zimmermann, j’entame une montée en boucle vers le col du Holzwasen. Mon parcours forestier est improvisé. Ne pas s’aventurer en montagne sans savoir où l’on est (avoir une carte ou un GPS et savoir s’en servir, ne pas compter sur les autres pour vous secourir)

Un chemin roulant qui va peu durer

Je bifurque vers Holzwasen tout de même situé à 815m

Je l’atteins péniblement en poussant.

Depuis la Croix Zimmermann jusqu’au col de Holzwasen, j’ai poussé pendant cinq kilomètres. (voir mon diagramme vitesse)

Au km 25, je dois à nouveau pousser jusqu’à Holzwasen pour atteindre la cote 815m

Le plus délicat, c’est de gérer son temps en tenant compte du retour et de la tombée de la nuit.

Je me fixe des butées horaires et je tente de m’y tenir.

Je rencontre des randonneurs pédestres étonnés de me voir là avec mon vélo.

Après Holzwasen, la descente le long du Rennenbach est aussi délicate car la neige est verglacée.

Il faut savoir s’arrêter avant la glace sinon c’est la chute assurée et brutale.

Très peu de temps pour regarder le paysage, il faut se concentrer sur son pilotage et éviter la gamelle qui peut se traduire par une fracture de poignet ou de hanche. Ne pas prendre de risques surtout quand on est seul.

Je regrette un peu mon escapade en dépit de mon expérience. Je ne vous la conseille pas.

Il y avait une trace devant la mienne qui témoignait des hésitations de trajectoire.

Puis le chemin devient boueux et me permet de rouler.

J’aboutis sur la route ici, au pompage de Soultz sur la route de Rimbach; je vais enfin pouvoir prendre de la vitesse et rentrer avant la nuit.

Au km 30, Jungholtz approche.

Il est 16h.

Je file à Soultz profitant de la descente.

Je voulais voir la neige. J’ai vu la neige.

la trace GPS

 

Publicités

2 réflexions sur “Col du Holzwasen à VTT

  1. Faut être dingue pour se lancer sur les chemins vosgiens à VTT ! En rando à pied du côté de Labaroche, je me suis « mis à genou » par deux fois, malgré mes bâtons …

  2. Ping : Glasshütte-Sicurani à VTT | velomaxou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s