Le vélo, c’est crevant


Ce n’est pas une légende, on crève encore à vélo.

Ce n’est pas une légende, on crève encore à vélo.

Je parle bien sûr des pneus afin qu’il n’y ait pas d’ambiguïté.

Celui-là pousse son vélo sur la route.

Il vient s’installer sur le parking du cimetière, histoire d’être à l’aise pour procéder à l’autopsie.

Le vélo sur le dos, aïe mes cocottes! il sort doctement la roue arrière puis plonge le démonte-pneu dans les entrailles, un peu comme s’il ouvrait une huitre.

La chambre ne se plaint pas, une fois à l’air libre elle profite du jour comme un escargot sorti de sa coquille.

Ma science suggère qu’on tâte les entrailles du pneu…en glissant subrepticement le doigt dans l’interstice…

Mon majeur inquisiteur butte contre un corps étranger, un gros silex qui s’est infiltré par là comme un calcul rénal sans prévenir.

Mon cycliste dégonflé en est tout surpris tellement ma méthode est rodée.

Il peut remonter sa roue et reprendre sa route.

Je n’ai pas voulu lui faire de peine, mais son Michelin Lithion n’était plus de la première jeunesse.

Heureusement, il a encore une chambre d’avance!…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s