Les petits potins du lundi


Boris Johnson, artisan du Brexit, a su jouer la carte populiste

Salauds d’Anglais!

Le Brexit s’est exprimé sans réserve.

L’Angleterre a clairement montré à l’Europe la voie qu’elle voulait prendre: quitter l’Union Européenne.

Au lendemain d’un tel score de défiance à l’Europe libérale, certains ont la gueule de bois.

A commencer par les milieux financiers et les élites qui nous gouvernent.

Maintenant que le vin est tiré, il faut le boire.

Pour sûr, il va avoir un goût de piquette pour nombre de ceux qui ont cru que l’Europe pouvait continuer à sa guise d’opprimer ses peuples.

Il n’a pas fallu plus de deux jours après le Brexit pour entendre s’élever des voix tenter de démontrer que le vote anglais n’est qu’un vote de mécontents formés de pauvres, de peu instruits et de vieux.

Pauvres, peu instruits, vieux!

Bref, des salauds de pauvres capables de faire capoter l’Europe, l’Europe des beaux quartiers, celle des élites médiatico-politiques, celle de la finance mondialisée.

Comment oser donner le droit de vote à des ignares, à des « sans-dents », à des vieillards cachectiques?

C’est la démocratie. Elle seule peut encore pacifiquement inverser le mouvement pris par l’Europe de Bruxelles.

Souvenons-nous que les pauvres sont toujours insignifiants tant qu’ils n’ont pas coupé des têtes.

Pour peu, certains imaginent déjà faire revoter l’Angleterre qui s’est mal comportée en montrant la mauvaise voie à suivre à tous les autres.

Cette reprise en mains de la doxa européenne nous rappelle curieusement comment le non français du referendum du 29 mai 2005 a été contourné par le traité de Lisbonne deux ans plus tard le 13 décembre 2007.

La sortie du Royaume-Uni n’est donc pas assurée avant plusieurs années, le temps au moins que tous les jokers jouent leur rôle amortisseur.

D’ici là les Anglais auront trouvé le temps et les moyens de contourner leur vote populaire.

Les jobs à un euro en Allemagne, les travailleurs pauvres en Angleterre, les cinq millions de chômeurs en France risquent donc encore d’attendre longtemps la fin de cette Europe libérale qui conduit à notre perte, à la dévitalisation entière de nos régions sinistrées, à la disparition de nos services publics, au dumping social érigé en dogme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s