L’acrylique pour les nuls


Ma première acrylique (32×24) sur carton, le pont sur le lac. J’ai un peu foiré le ciel. C’est le contraire de l’aquarelle. On fait ici un ciel bleu et on rapporte les nuages par-dessus. En aquarelle, les nuages, c’est le papier blanc et on rapporte le ciel

Tu devrais essayer l’acrylique m’avait dit un ami.

J’ai mis plusieurs mois à me décider à tâter cette pâte onctueuse issue du pétrole contenue dans des tubes (comme la gouache).

J’ai parfois du mal à changer mes habitudes.

Avant de me mettre au VTT, j’ai attendu longtemps.

Puis j’ai été convaincu.

Hier, j’ai tenté le coup de l’acrylique.

L’acrylique, c’est comme de l’huile mais en moins dur.

Voici ce qu’en dit wikipédia…

La peinture acrylique est constituée de deux éléments :

  • Les pigments : similaires à ceux de la peinture à l’huile, d’origine minérale ou organique, naturels (rare) ou synthétiques. Contrairement à la peinture à l’huile, le niveau de broyage des pigments ne doit pas être trop affiné.
  • Le liant : une émulsion d’eau et de résine acrylique ou polymère. Une variante est le liant acrylo-vinylique (peinture vinylique).

Il faut quand même apprendre à utiliser ces « petites bouses » qu’on dépose sur une palette.

Pinceau ou couteau, on a le choix des deux techniques et on peut diluer avec de l’eau. Elle sèche vite et est très solide ensuite.

Michel-Ange aurait certainement aimé.

J’ai commencé par les pinceaux, des plats, des ronds, des brosses.

Et puis je me suis mis en recherche d’un site qui explique la technique.

Planté devant mon ordi, j’ai trouvé ateliermagique.com.

J’ai commencé l’exercice pour…débutant.

J’ai pris une chute de passe-partout et j’ai barbouillé.

A la troisième page, « veuillez vous inscrire! »…

J’ai craint le pire. Non, c’était toujours gratuit.

J’ai pu continuer à lire le cours sans rien payer de A à Z.

Ils sont sympas à l’Atelier Magique. Le réseau social des beaux-arts disent-ils; soit!

C’est fastoche pour celui qui a déjà tâté l’aquarelle car les règles de base sont identiques y compris le dessin.

Commencer en haut, aller vers le bas, les détails à la fin.

L’avantage avec l’acrylique, c’est qu’on a le droit à l’erreur: on peut repasser sur les ratés…et on a du blanc.

Le résultat ressemble à l’huile, des volumes et des perspectives renforcé.e.s par le médium en pâte qui sèche vite. On n’est donc pas obligé d’attendre longtemps pour la suite!

La brillance est intéressante et le fort couvrant vous permet de peindre sur tous supports, bois, papier, carton.

J’y reviendrai certainement.

Les aquarellistes profitent parfois de l’acrylique pour recouvrir leurs peintures ratées.

Publicités

4 réflexions sur “L’acrylique pour les nuls

  1. Ping : Comme ça, dans ce frais matin – Becancaneries

  2. Ping : Entau, tòst lu mandin – Rapieta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s