Les potins du lundi


En attendant que la contre-société se structure, la France périphérique envahit les plages

Le chassé-croisé a eu lieu comme chaque été depuis les trente glorieuses sous le regard désabusé d’un bison de moins en moins futé.

Faut-il prendre l’homo-automobilicus pour un crétin au point de confier à un bison le bon itinéraire à prendre depuis plus de quarante ans!

C’est la France laborieuse qui se croise sur les routes.

L’immuable entassement sur les littoraux se fait au pas de charge, quitte à ce que les loueurs de soleil oublient de trop regarder sous les lits les minons de sable laissés par les juillettistes.

Les juillettistes sont priés de retourner au turbin dare-dare tandis que les aoûtiens vont pouvoir jouer les cigales.

Comme le dit si bien Jacques Julliard dans Marianne de cette semaine « il y a un problème d’addiction aux vacances qui déclenche un mouvement pendulaire Nord-Sud sur le territoire, et qui fait des petits Français les derniers de la classe européenne (…) : 144 jours d’école par an et 221 jours de vacances et de jours fériés. »

Cette France là, je l’ai connue. C’est celle du consommateur pensé par notre modèle social, celle du prêt à porter du loisir de masse.

Je reviendrai te voir en été!…

Puis je suis passé à autre chose.

Rester chez soi, c’est bien aussi.

Surtout dans une région touristique comme la nôtre, mais pas trop!

Juillet en Alsace n’a pas été beau.

Mon beau-frère me l’a dit sous forme de boutade: je reviendrai te voir en été!

Vacancer utile n’est pas à la portée de tout le monde.

Pressurés onze mois sur douze, les vacanciers sont d’abord pressés de faire le vide dans leur esprit…pour se ressourcer, comme ils disent, effacer le train-train qui les assomme, les obligations quotidiennes d’un emploi du temps subi plutôt que choisi.

Encore sur l’A2 hier soir, un vacancier sur le sable à qui l’on demandait ce qu’il comptait faire de ses vacances répondit, fier de lui , ben rien…

L’état d’être de nos contemporains, c’est de n’être pas. Ou si vous préférez d’être rien.

Ce vide sidéral de l’être et de l’âme interroge…tout en expliquant peut-être pourquoi nous en sommes là.

En attendant les mauvais coups de la rentrée

Muriel Pénicaud, ministre du travail, sera t-elle la prochaine victime de la moralisation de la vie politique?

Les mauvais coups de la rentrée sont attendus.

Le car Macron est en marche forcée.

Va t-il défoncer tous les garde-fous du code du travail en quatrième vitesse?

Finalement le gouvernement new-look et immaculé qu’on nous annonçait n’est que la continuité du précédent.

En pire.

Un gouvernement de riches fait pour des riches…qui compte faire payer les pauvres.

Sûr que les 5 euros de retenue APL vont faire des dégâts dans les consciences!

On se croirait revenu au temps de Georges Marchais (qui voulait faire payer les riches) tellement l’affrontement de classe est à nouveau d’actualité entre d’un coté ceux qui ont tout et de l’autre ceux qui n’ont rien.

Pourtant des classes, y’en a plus nous dit-on; elles ont été dissoutes dans le mondialisme économique.

Les Français l’ont voulu ainsi dans les urnes. Qu’ils ne se plaignent pas!

Les patrons suisses ont démoli l’église

Un curieux guide au temple Saint-Etienne de Mulhouse.

Les vitraux rénovés, on peut à nouveau profiter du temple pour les admirer de l’intérieur et se mettre à l’ombre.

J’ai cru que le temple au fil du temps était tour à tour église, puis temple…comme la mosquée-cathédrale de Cordoue.

Non jamais! me dit le guide, puis il m’entraîne au-dehors…

Vous voyez là, à terre…, ce sont les empreintes de l’église catholique.

Effectivement, le dallage de la place de la Réunion est d’un autre ton à gauche du temple.

Les marques des fondations y sont imprimées.

Les patrons suisses qui dirigeaient les usines de Mulhouse ont tenu à ce que seul le temple subsiste, alors ils ont rasé l’église.

Puis le guide a réintégré son temple.

Moi qui ne suis d’aucune chapelle, j’ai manqué de rallumer la guerre des religions.

Involontairement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s