Francis Willmé et son FIAT 18BL


PB230003.jpg

Francis Willmé, orfèvre en mécanique, devant son FIAT 18BL

Je l’avais rencontré en 2013.

Il terminait alors la restauration de son camion Labourier. (voir mon article)

Aujourd’hui, Francis Willmé se consacre à la remise en état d’un camion de marque Fiat 18BL de la Grande Guerre 14-18.

Entreposé dans ses ateliers depuis au moins vingt ans, il a décidé de s’y attaquer pièce par pièce.

Des pièces rongées par le temps et d’autres, parfois, qu’il faut réinventer car absentes.

Francis ne se contente pas d’à peu près, non.

Il veut que tout soit fidèle à l’origine. C’est son honneur de restaurateur qui est en jeu.

Entre les mains un tube de la pompe à carburant qu’il bichonne tout en me présentant son œuvre.

« Cette pompe va envoyer 200gr de pression dans le réservoir pour assurer l’alimentation du moteur » précise t-il…

Dans la cour, le réservoir neuf trône appuyé contre le mur de sa maison, il a été entièrement reconstruit à l’identique.

Madame est là aussi, elle s’affaire après une roue à bandage, pinceau en mains.

« Vous avez de la chance, il y a du vent aujourd’hui » me dit-elle en alsacien et alors que j’observe les éoliennes en mouvement. Je pense aux mobiles de Calder.

Francis Willmé caresse l’espoir de pouvoir présenter son travail lors d’un défilé de 14 juillet, mais il reste modeste: « si je suis prêt! » prévient-il…

 

Dans son atelier, son œuvre est là, couvercles de boite de vitesse et différentiel ôtés, la pignonnerie est à l’air…de la belle mécanique pour l’époque.

Le moteur de 5 litres de cylindrée consomme 50 litres à 25 km/h!

Mais tout n’est pas encore gagné, il faut par exemple reconstruire entièrement un radiateur en cuivre.

Problème, il faut des tuyaux de 18mm de diamètre, on ne trouve que du 20.

On lance donc un appel au peuple des collectionneurs et à la solidarité.

Francis Willmé a d’autres dadas, il a devant chez lui « le petit jardin d’Éole », une multitude d’engins actionnés par le vent qui font cli-clic ou clic-clac dès qu’un courant d’air passe par là.

PB230002.jpg

Si vous passez par Bourbach-le-Bas, une petite halte rue de l’école vous émerveillera.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s