La fin du vélo

qui peut encore être conquis par cette machine insolite et moche?

Mon titre paraîtra provocateur et en même temps plein de sous-entendus. Qui déclare la fin du vélo? et pourquoi? quand la fin arrivera t-elle? ou est-elle déjà arrivée? de quel vélo parlons-nous?

Je ne le verrai peut-être pas, mais je le sens. La fin du vélo en tant que moyen de déplacement utilitaire semble venue hormis dans quelques cas spécifiques comme le vélo-cargo en milieu hyper-urbain

Tous les militants de la cause seront déçus. Ceux qui jurent depuis des lustres que le vélo est notre avenir en ville sur de courts déplacements, qu’il est la panacée contre les encombrements et la pollution, ceux qui réclament à cor et à cris des pistes pour encadrer, jalonner, promouvoir le vélo et protéger les cyclistes. Tous ceux-là seront déçus d’apprendre qu’ils sont coiffés sur le poteau par l’avènement de l’engin personnel de déplacement motorisé (EPDM).

même les enfants sont adeptes (source) alors que c’est interdit au moins de 12 ans

La face sombre de l’EPDM

Soyons objectifs: avec les EPDM que sont les trottinettes électriques, les gyropodes, les patins à roulettes, il est clair que la donne du déplacement urbain est en train de changer à grande vitesse. Les EPDM attirent un nouveau public parmi lesquels des utilisateurs que le vélo n’a pas su convaincre. Est-ce que le nombre de voitures diminuent pour autant? non! Car on nous dit que les utilisateurs d’EPDM sont des gens qui auparavant allaient à pied. Soit! Parmi ces nouveaux utilisateurs, souvent des jeunes sans permis, sans voiture, et sans transports en commun là où ils sont.

Je ne méconnais pas le coté sombre des EPDM: ils sont polluants aussi comme le sont les voitures électriques. Ainsi Extinction-Rebellion a saboté 3600 trottinettes électriques le 5 décembre 2019 au motif que « les trottinettes électriques sont une catastrophe écologique. En raison de leur production très énergivore, de leur faible durée de vie, et de la nécessité de les transporter tous les soirs pour les recharger, elles émettent en moyenne 202g de CO2 [1] par passager et par km parcouru. Cela représente 25 % d’émissions de gaz à effet de serre de plus qu’une voiture en voyageant seul, et 40 fois plus qu’un trajet collectif en tram ou métro par km parcouru [2].« 

Cependant en dépit de cet acte imbécile d’Extinction-Rébellion (qui se garde au passage d’évoquer le vélo à assistance électrique qui, lui, serait plus vertueux?) le marché de la trottinette continue de prospérer. Je n’invente rien: en 2021, 908 000 trottinettes électriques ont été vendues dans l’Hexagone, contre 640 000 l’année précédente, soit un chiffre en hausse de 42 %. il s’est vendu environ 2,7 millions de vélos en 2020, dont 510 000 à assistance électrique. (source)

Les pouvoirs publics ont senti l’urgence: ils se sont empressés de légiférer pour donner un statut à ces engins qui révolutionnent le déplacement en ville en s’affranchissant des règles, toutes les règles. (voir la réglementation à observer par les EPDM). Pas seulement les règles du code de la route ou de la rue, mais aussi les règles de la bienséance qui font qu’on se comporte avec fair-play vis à vis des autres. Des quoi?… des autres! Vaste sujet sociologique qui veut que nos comportements individuels prennent le pas aujourd’hui sur la vie communautaire.

une réglementation peu connue et peu suivie. on voit des trottinettes occupées par deux personnes fréquemment.

Prenons la trottinette électrique, le cas le plus emblématique de la supériorité de l’engin face au vélo (avec ou sans assistance). Sur un déplacement individuel de moins de 5 km, la trottinette est imbattable.

Trottinette électrique UrganGlide Ride 100XS, 329 euros (modèle entrée de gamme)

Voici un « copié-collé » du descriptif de la trottinette UrbanGlide vendue par Décathlon (image ci-dessus)…comment ne pas convaincre!

La trottinette électrique UrbanGlide 100XS sera votre alliée de tous les jours, facile à manier, précise et confortable, elle a été conçue pour vous garantir une stabilité et une sécurité lors de vos déplacements urbains. Elle est idéale que ce soit pour une première trottinette électrique comme pour les utilisateurs déjà confirmés.

Des roues grande taille 10 alvéolés et une double suspension arrièrepermettra d’affronter sans difficulté les dénivelés avec une adhérence optimale et une grande souplesse.

Vitesse 25Km/h : laissez vous porter par le dynamisme de son moteur 350W lors de vos trajets quotidiens, avec 3 niveaux de vitesse Eco, Mid ou Sport.

Sa batterie de 7,5Ah 36V vous offrira jusqu’à 30Km d’autonomie.

Plus de sécurité avec un puissant frein à disque progressif associé à un frein moteur.

Roulez plus sereinement sur la voie publique grâce à ses équipements : phare avant, éclairage / feu stop arrière,plusieurs réflecteurs, sonnette, grip antidérapant sur le plateau.

Le guidon a été pensé pour offrir la meilleure expérience de conduite, avec un écran 100% intégré affichant la vitesse, le niveau de batterie et le mode de conduite, et un bouton unique multifonction.

La gâchette d’accélération ultra-sensible ainsi que le levier de frein à disque, vous procureront un contrôle précis de la puissance moteur et du freinage.

Ergonomique et pratique dans les transports avec à son système de pliage rapide et sa légèreté, elle se range et se gare facilement sur la béquilleintégrée.

Les garde-boues avant et arrière protègent parfaitement contre toutes projections d’eau, la UrbanGlide 100XS répond également à la norme d’étanchéité IPx4.

Robuste : sa structure renforcée supporte un poids maximum de 120Kg.

La trottinette électrique, c’est fun

Il suffit de voir comment les jeunes générations s’emparent de la trottinette alors qu’elles délaissent le vélo. La trottinette, c’est simple, une plate-forme sur laquelle vous posez vos pieds, vous appuyez sur un bouton et ça roule, ça roule même très vite et c’est capable de doubler tous les autres modes de transport individuels ou collectifs en intra-urbains.

Pourquoi la trottinette?

Slowup Bâle 2015, la trottinette, prémices d’une nouvelle mobilité?

Tout simplement parce que la trottinette électrique est l’engin le plus pratique, sans se fatiguer, pour se rendre du point A au point B en ville en se déjouant de toutes les contraintes urbaines et en premier lieu celle du code de la route, car la trottinette à cet avantage de passer de la route au trottoir sans difficultés, de se faufiler dans les galeries marchandes et de vous accompagner là où vous allez dans le magasin ou au bureau sans craindre de se la faire voler. S’aventurer sur le plan moraliste d’une contre-culture hygiéniste, je ne le ferai pas. Qui peut encore s’ériger en donneur de leçon puisqu’il est convenu que la sédentarité doit aussi s’appliquer aux mobilités.

Onewheel (planche monoroue électrique 2018)

Aucune police ne pourra jamais contraindre ce nouveau mode de transport à adopter les règles du code de la route qu’elle peine déjà à faire appliquer aux autos et aux motos. Les cyclistes sont à la peine, eux qui bataillent pour faire adopter des ouvrages différenciés, sécurisés auprès des pouvoirs publics, voici un engin concurrentiel qui ne demande rien et qui s’adapte à l’environnement ambiant.

Le vélo en ville: une somme d’inconvénients

Moi qui suis un utilisateur « confirmé » du vélo, je suis obligé d’admettre que le vélo est resté un objet désuet dans sa conception avec ses tares incontournables: des grandes roues, pas facile à enfourcher, une maniabilité délicate dans les encombrements urbains, une mécanique dissuasive pour la plupart des néophytes, une grande vulnérabilité aux dégradations et aux vols, des prix peu compétitifs et des S.A.V. peu efficaces…sans compter avec la stigmatisation grandissante des cyclistes par les inconditionnels de la voiture et les logiques urbaines de transports en commun où il est perçu comme antagoniste.

Transport combiné avec la voiture, le train, le bus

Essayez d’emporter votre vélo dans la voiture, dans le train et vous comprenez rapidement que les tracas commencent. Surtout avec la SNCF qui s’ingénie à mettre des bâtons dans les roues pour ne pas embarquer les vélos. Dans le bus? hors de propos.

Avec la trottinette, l’engin sait se faire discret et vous accompagne sans difficulté.

Gyroroue, l’auto-mobilité individuelle. Gyroroue Inmotion V8S 1000 W Noir (70km d’autonomie, 1500 euros, 15kg, vendu à la FNAC)

La fin du vélo est-elle inéluctable?

Nous n’en sommes pas là. Pas encore. Le vélo garde ses lettres de noblesse en représentant de la mobilité douce, du voyage apaisé, du sport cycliste. Mais dans les agglomérations urbaines il sera de plus en plus concurrencé par des engins électriques plus faciles à mettre en œuvre et d’une meilleure modernité sur le plan conceptionnel.

Le vélo continue de souffrir d’une image dépassée, celle d’un autre siècle. Les militants de sa cause s’ils sont légitimes en terme d’éco-mobilité n’ont-ils trop attendu des pouvoirs publics? Souvent, je m’interroge, notre intransigeance à défendre des espaces différenciés dans le spectre urbain n’a t-elle pas joué contre nous.

A l’heure où la voiture électrique est encouragée à l’excès et de façon honteusement malveillante sur le plan environnemental, elle va pouvoir reprendre sa suprématie en ville puisqu’elle sera décarbonée et donc propre aux yeux de ses défenseurs, sa légitimité ne sera plus combattue.

Pourquoi faudrait-il donc s’en prendre uniquement aux EPDM?

%d blogueurs aiment cette page :