Gay-Lussac, deux minutes d’arrêt


Au retour, j’examine mon couple cardio/allure…

Pas de doute, c’est un beau couple plein d’harmonie.

Départ: 9h27 …temps écoulé: 39 minutes…arrivée: 10h06. Ma course à pied est comme la précision légendaire des trains qui arrivaient alors à l’heure.

transpiration: 10h32 mon linge changé est à nouveau mouillé. On dit transpirer comme une bête, je ne sais pas d’où vient l’expression. Souvent je me dis « pourvu que tu ne tombes par terre foudroyé par un caillot de graisse ».

Ce matin la balance accuse 80 kilos. L’enfer du surpoids comme à chaque fin d’année! Je me demande si je ne vais pas me convertir à l’islam. Faut que j’vois le contenu de leurs fêtes ou l’hindouisme, je crois qu’ils jeûnent, les Hindous.

Je lis: Les Hindous croient au Karma, la loi de la cause et de l’effet, par laquelle chaque individu crée sa propre destinée par ses pensées, ses paroles et ses actions. 

C’est pas con comme idée, je sens que je vais me faire Hindou. Je ne sais pas si à vélo, l’Hindou porte un casque ou un turban…à voir!

couple cardio/allure
Candy Dulfer

Je termine avec un cardio qui a pris 10 pulsations moyennes mais j’ai un peu haussé l’allure modestement.

Rue de Belfort, je m’arrête et je trifouille mes oreillettes. Candy Dulfer s’arrête aussi.

A un premier kilomètre d’un lendemain de libations, on s’interroge. Les Alsaciens ne sont pas encore levés, les rues sont désertes. Rue Berger André nos Turcs se promènent en famille (En Turquie on ne fête pas Noël car il y a au moins 90% de musulmans).

Quand je m’arrête, je m’invente une cause réelle ou pas sérieuse pour marquer le pas. En CAP, ce qui est terrible c’est qu’on ne peut pas frimer comme sur son vélo. Tout l’édifice mental et physique s’arrête. A vélo on arrête de pédaler, en CAP, on marche.

Quand je passe devant les boutiques, j’observe en reflet ma démarche saccadée un peu comme si j’avais les pieds plats. J’ai vraiment un problème de foulée non aboutie que j’attribue à l’arthrose des genoux. Il faut faire avec.

J’ai zappé la piste du Rangen. Il faut absolument que je réduise la distance. La peur de ne pas arriver.

Gay-Lussac en bordure de l’usine Tronox, c’est tout trouvé

A la minute 21, je m’arrête, barrière fermée à la rue Gay Lussac. Les Thannois se plaignent des longues attentes aux barrières pour laisser le passage du Tram-Train archi vide. Moi, j’en profite pour souffler.

Je terminerai avec Blue de Claus Waidtløw dans de bien meilleures conditions.

La morale de l’histoire

En sport, y a t-il une morale? Certainement. Un sportif dans l’âme se pose t-il cette question? je me le demande parfois car je ne me sens nullement avoir cette âme là. Si je me suis attelé à avoir une activité sportive c’est par conviction de son utilité. Une utilité pour son propre bien-être, sa santé, mais aussi pour sa centralité sociale. Je crois à l’idée sport= cause sociale. Arriver en forme à l’aube de printemps éloignés, c’est toujours un plus pour soi et pour l’autre, celui qui va vous supporter. C’est donc aussi un argument de citoyenneté, de mieux vivre ensemble.

Un choc avec un vélo et un cycliste de 80 kilos, ça réveille.

Shimano Total Integration, effectivement c’est un beau bazar pour remplacer le câble

Hier j’ai cassé mon câble de frein. J’ai tapé dans un type qui traversait sans regarder. Je l’ai vu arriver sur le trottoir et je me suis dit « c’est pas croyable, il ne va pas oser traverser ». Si, il a osé continuer à regarder son iphone tout en traversant.

C’est bien fait pour lui.

« Pardon! » a t-il dit et il s’est éclipsé sans demander son reste. J’ai freiné brutalement et clac, le câble s’est rompu sous le pédalier: la rouille. Tant mieux, j’ai préféré taper ce type plutôt que de m’écraser contre une bagnole. Maintenant je n’ai plus qu’à réparer. C’est un bazar extraordinaire pour démonter le câble sur une poignée Shimano. Je ne suis pas assez expert, sans doute.

Finalement, je vais classer en « humour » ce billet de Noël.

Un Noël païen avant de me faire Hindou.

Une réflexion sur « Gay-Lussac, deux minutes d’arrêt »

  1. Hello Maxou, « ….un type qui traversait sans regarder. Je l’ai vu arriver sur le trottoir et je me suis dit « c’est pas croyable, il ne va pas oser traverser ». Si, il a osé continuer à regarder son iphone tout en traversant.  »
    D’ici peu en vélo pour ne pas s’encastrer les piétons il va falloir trouver une astuce pour incruster notre image de cycliste sur l’écran de leur « panugeophone » histoire de rappeler notre présence bien réelle. La solution est peut-être à chercher du coté des philosophies orientales? Peut-être la télépathie pourra corriger les travers de la télémanie… en espérant que les ondes traversent les carcasses de voiture car les maniaques de l’utilisation obsessionnelle de ces games-boy se trouvent également au volant.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :