Mobilité en douce

A 17h30, une fois le coup de chaud passé, je m’échappe en douce.

Un heure trente de vélo, c’est toujours bon à prendre.

De quoi sortir du champ urbain et rejoindre la campagne.

Il est vrai que je n’ai pas loin à aller pour obtenir de belles perspectives.

Un privilège inestimable.

Publicités