Bloc-notes

J’inaugure ce papier que j’intitule bloc-notes.

Un truc de causeux du vélo. De baveux diront d’autres.

Deliveroo, la centrale de livraison à vélo, va être fixée sur son sort judiciaire aujourd’hui. On lui reproche une forme de salariat déguisé pour ses livreurs. De son coté le centrale parle de travailleurs indépendants à vélo. Je ne suis pas dupe, Deliveroo imposait de telles contraintes à ses collaborateurs qu’on était en face de travail low-cost permettant de déroger aux charges sociales, notamment de retraite

citation des DNA 19/04

Ne nous voilons cependant pas la face, les travailleurs déguisés en autoentrepreneurs sont devenus légion pas seulement dans la livraison à vélo mais aussi dans de nombreux domaines comme les travaux publics.

Les forçats du vélo

Ce sont des forçats sur un vélo. Les livreurs de Deliveroo sont tombés dans le piège que leur a tendu la nouvelle économie, celle du travail auto-entrepreneurial, un monde où l’on retrouve toutes les féodalités d’un salariat camouflé.

Qu’un cycliste à vélo puisse à ce point dévaloriser l’image du vélo malgré lui, ça me peine.

Au contraire le vélo devrait être l’outil d’une aristocratie retrouvée, celle du bien-être, de l’intelligence d’une mobilité douce au service de la cité, de la convivialité en ville.

Foutaise que tout cela! Le vélo est dévalorisé et sert l’environnement par le bas.

A la place on trouve des mecs qui se faufilent dangereusement dans les bouchons pour gagner 4,50 euros avec des menus-traiteur dans un sac à dos pour les bobos de la société high-tech des beaux quartiers. Pour sûr, ces gens là ne risquent pas de jouer la solidarité avec les livreurs qu’ils contribuent à avilir.

Cette nouvelle société « débridée » que les lois-travail Hollande, puis Macron, ont largement contribué à encourager sont des poisons à retardement pour nos jeunes travailleurs. Sans congé maladie, sans droit au chômage, sans retraite, ce nouveau sous-prolétariat consacre sa propre perte.

Loin d’être des travailleurs indépendants, statut que leur impose de choisir Deliveroo, les coursiers employés par cette plateforme lui seraient en fait « assujettis » et placés dans une situation de « dépendance technique et économique », estime l’inspection du travail.

Voir mes autres articles sur l’ubérisation du vélo

Délivré d’un verrou?

A cyclist rides a bicyle as he delivers food for Deliveroo, an example of the emergence of what is known as the 'gig economy', in Paris

Faire sauter les verrous à l’emploi, dans l’esprit des patrons, c’est faire fi des réglementations et pouvoir s’assoir dessus.

La loi « travail » est venue les conforter.

On aurait voulu faire avec Deliveroo des esclaves à vélo?

Deliveroo, la société de portage de repas à domicile s’en défend.

Aux prises avec la justice, Deliveroo-France est soupçonnée d’avoir fait travailler ses 9300 coursiers sous le statut de travailleurs indépendants, c’est à dire autoentrepreneurs.

En réalité, l’inspection du travail voit les choses autrement.

Il s’agirait en fait pour Deliveroo de contourner son rôle d’employeur en se libérant de toutes contraintes sociales.

La question qui est au centre du conflit est de savoir quel lien de subordination juridique existe réellement entre Deliveroo et ses coursiers à vélo.

L’affaire mérite d’être suivie car cette nouvelle forme d’exploitation du travailleur à vélo sous couvert d’écologie urbaine masque peut-être des dérives préjudiciables à la relation employé-employeur.

Deliveroo a pourtant tenté de manœuvrer pour échapper à son rôle d’employeur, une note destinée aux managers précisait…

« Ne jamais tomber dans la subordination juridique », définie par « ordre+contrôle+sanction », car « si les trois caractéristiques sont réunies, un juge peut requalifier le contrat commercial en contrat de travail ». (source Médiapart)

Le cycliste est-il un mulet?

32611782273_31dd9ddd09_k-1024x806
Livreur Deliveroo / CC. Sam Saunders

Le cycliste est-il un mulet?

C’est la délicate question qui se pose après que Deliveroo, la société de portage de repas avec coursiers cyclistes, est l’objet d’une plainte de l’inspection du travail. Continuer à lire … « Le cycliste est-il un mulet? »

%d blogueurs aiment cette page :