Étiquette : itinéraires partagés

Dire les choses

https://lh3.googleusercontent.com/6U8Pxewi_UZsnewCqqp_q8-PCl0KjsNFIXlVHMf78re2m8FMtp-6gszowbQdr0Em_VlSso6_ggqEBLJPhleE5TPRsHfS62kFsMG_XJa5SYcwn3rAvv4x_BORfFO3J5rHAsYJ6XuGgdIziBs9fsVUf6e-RX_rBbUCPO2idGsWEdYr1_udMpOx46hXGcmREdDbOH1I1EHdXtPI0ePqG29zoHvGF7AZF8zdaYzxi8bj3i8WI7Y0Q3y7RxyekvnHA8iaDRr55_P_9AAqCPSQJHl0v9BGcE6SG1TqqvEle0reJyXKKowYKjlXop_QdlS9Ogt3W_nCpF8Y0rEOWdsiAoxRaczW612P3NKP3M3khiteNZZ02ugXmqChZuoAP79NiNiEw7pn5JX8IsbwhGP3b1KSWbvwBgvKcK7rDSt-NmYDcqx9VvJufPtw35Q29OnRjeQYkDvwkLkafY2hHNWLm-BQpw0ROox64x4CfeINbD7qniH50Eag_vmgPrfhFuFZJl60tYAs_UqsdszyVNaTHRRN6X4AeKE4J6eJelhjTgE8fLNpJV7zVMfdkUBKCNiOEhS8zJdNUy_sVtyixXNocLaqC396OqTGzlavw5a5JGMdS9nahxX9t02M6-zMIqQQpPbg_JavNhaFzJ7ekxpEQrwMRkkAbXJb6ysKeGXMrkUOvAgfpcZoy5TCyN7SFndyVguLLziupORg4lXpYlp3c47964Ci=w1116-h836-no?authuser=0
Que fait cette Decauville à l’Ile Napoléon? je ne sais pas. Mais un lecteur perspicace va nous l’apprendre…peut-être servait-elle au halage le long du canal?

Je n’ai pas abandonné mon blog. Non! J’y éprouve toujours de l’intérêt, celui de pouvoir écrire et dire les choses.

J’en ai quelques-unes à dire depuis la fin de mes Potins du lundi.

D’abord le vélo.

J’ai apporté tout récemment ma participation aux Amis du Randonneur, une association qui vit grâce à ses membres et qui promeut une certaine façon de voyager à vélo en marge de toute férocité cycliste.

Deux jours autour de Guebwiller, c’était mon projet. J’ai été plutôt déçu: trois participant(e)s dont l’une s’est désistée dès le premier kilomètre. Je ne suis donc pas prêt de renouveler l’opération pour laquelle je m’étais investi en étudiant des cartes et des parcours présentant de l’intérêt.

Ensuite, maudite météo, j’avais ambitionné d’aller faire hier du VTT aux Chanoinesses de Remiremont. Patatras! on nous annonce un déluge. Je sursois donc. Que nenni, il n’a plus que l’après-midi.

Une pluie assez soutenue toutefois pour transformer Paris-Roubaix en enfer boueux et les grognards repeints en kaki à la télé.

Sinon, j’aurais très bien pu me rendre à Rixheim pour les Randos de la Commanderie

Du rififi au CV?

Je ne sais pas si l’opération « Itinéraires partagés » engagée à Uffholtz entre le Club Vosgien et les vététistes est du goût de tous les marcheurs. J’entends des voix discordantes à lire dans l’Est Républicain. « Comment comprendre que la principale association de randonnée pédestre du massif ouvre ses sentiers les plus précieux à la fréquentation des deux-roues avides de vitesse et garants de dégradations multiples ? […] Comment comprendre que soit méconnu le danger qui résulte de la cohabitation entre montagnards paisibles et descendeurs ? […] Comment comprendre le soutien à ce laisser-aller du Parc qui se veut le défenseur de la tranquillité ? » (Dominique Humbert, président de SOS Massif des Vosges)

Joseph Peter, initiateur du projet des itinéraires partagés répond «  Méconnaissance des réalités du terrain ». Le nouveau président du CV68, lui-même un temps bête noire des vététistes, rappelle que les pratiques sportives et sociétales ont évolué depuis 30 ans« 

Il est vrai que Joseph Peter a mis de l’eau dans son vin lui qui déclarait « le VTT étant un véhicule sur le plan juridique, le vététiste doit pratiquer en dehors de nos sentiers étroits, inférieurs à un mètre. » 

Je ne vais alimenter cette polémique car j’observe que sur le terrain les choses s’arrangent dans l’intérêt de tous. J’observe aussi que ce combat anti-VTT est plutôt perdu d’avance si l’on considère l’avènement du VTT électrique qui prospère à grande vitesse avec des pilotes pas toujours rompus aux règles de bienséance à l’égard des autres. Il faudra donc faire avec!

Pour ma part, j’ai perdu toute fougue ravageuse à VTT et je me contente souvent de grimper à pied.

Vosges: des chemins en commun

Ce matin, chantiers d’aménagement de chemins au-dessus de Uffholtz

A l’instigation de Arnaud Masson de l’antenne MBF Massif des Vosges et du président Christian Schott de la section du Club Vosgien de Cernay, vététistes et marcheurs étaient conviés à un entretien des chemins de randonnée à proximité du col de Herrenfluh.

Emplacement des travaux sur sentier CV rectangle rouge/blc/rouge

Au moins cinquante participants s’étaient réunis dès sept heures trente afin d’apporter leurs efforts à la consolidation d’un chemin reliant Wattwiller au sommet du Molkenrain…dont certains venus de Gérardmer et de Saverne.

On notait aussi une délégation du club VTT de Thann.

Les organisateurs ont été un peu surpris par le succès de participation au point que les cinq chantiers prévus ont été accomplis en moins de temps que prévu.

Des chantiers pourtant conséquents puisqu’il s’agissait de doubler les trajectoires circulaires afin que marcheurs et cyclistes disposent chacun de leur propre itinéraire.

Les municipalités de Wattwiller et Uffholtz s’étaient associées à la démarche en fournissant une logistique éprouvée… et notamment la pause café et l’apéritif de fin de travaux.

Les maires des deux localités, Matthieu Ermel et Rémi Duchêne, sont venus féliciter les participants à l’issue de la matinée.

La suite en images…

Distribution des rôles au col du Herrenfluh par Arnaud Masson et Christian Schott
Au moins 50 participants pressés d’en découdre
Découverte du chantier 1. Il s’agit de créer une trace dédiée aux VTT sur au moins quinze mètres de long et de restaurer des marches en parallèle
Une équipe de 10 participants se mettant à défricher
consolidation de la nouvelle emprise à l’aide de tronc
l’aménagement prend tournure, des cailloux calés le long des troncs doivent permettent l’écoulement des eaux de ruissellement sur le versant
concertation avant finition
Lle chantier 3 a fait appel à des moyens lourds. Des blocs ont été apportés sur une civière de chantier afin de structurer une courbe élargie
mise en place des blocs
Sous l’œil de la camera de FR3
les marcheurs vont disposer d’escaliers neufs
après le damage des blocs, ratissage de la terre de jointoiement
Une fois terminé, le travail rendu est du plus bel effet, à gauche les marches, à droite la piste à vélo

Essais

Rien n’a été oublié, la signalétique dédiée du chantier en atteste.