Le besoin urgent à vélo

Le champ de maïs salutaire, le peloton attendra

On se tortille sur la selle, on pédale debout, on s’arrête, on repart, rien n’y fait.

Sujet gravissime pour nombre de cyclistes, l’incontinence à vélo.

J’ai regardé dans les définitions, l’incontinence n’est pas le bon terme car l’incontinence donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d’urine selon le corps médical.

On a plus affaire à des besoins irrépressibles, qu’on ne peut contenir ou maîtriser.

Ne nous voilons pas la face, l’âge venant, l’envie d’uriner plus fréquemment se fait sentir sur nos bécanes. En cause nos sphincters moins performants et écrabouillés sur la selle. Alors on patiente, avant de trouver un coin salutaire, un coin qui ne dérogera pas aux bonnes mœurs.

C’est une incontinence d’impériosité: on ne peut plus résister.

Si l’on est en ville, c’est la cata car les sanisettes sont peu nombreuses et mal signalées lorsqu’elles existent…et seul, on peut se faire piquer son vélo tout carbone appuyé contre le mur. Pisser en gardant l’œil sur son vélo est un exercice périlleux.

Pisser tout en pédalant l’est encore davantage. Je vous le déconseille. Sauf en compétition!

Urinoir campagne allemande

L’urinoir d’antan n’a plus cours et l’on est souvent pris de court. Dans un village, l’option « derrière l’église » ou « derrière le cimetière » est vraiment une faute de goût. Comment avoir bon goût dans l’urgence!

L’homme n’est pas plus affecté que la femme contrairement à la croyance. La pression prostatique chez l’homme est souvent évoquée mais aussi la pression du bec de selle. Les hommes qui se redressent sur le vélo en relevant la potence sont-ils des victimes innocentes de besoins urgents? je l’imagine.

Toilettes campagne suisse

La femme moins serait moins exposée à l’urgence irrépressible mais est aussi plus en difficulté lorsque le moment presse, il lui faut trouver le cadre adapté au soulagement. Pas simple lorsqu’on pédale en rase campagne sans bosquet confortable avec une cohorte de mecs. Derrière le calvaire? attention aux foudres de Dieu ou d’un diacre tatillon. Il restera les containers à bouteilles au bout du village.

Après l’effort, le réconfort

Cela dit, le problème reste entier, il ne faut pas s’interdire de boire pour compenser sa transpiration, mais il faut éviter les boissons diurétiques comme le café ou le thé.

Un effet réel

Ce médicament contient un extrait végétal qui a des propriétés décongestionnantes sur l’appareil urinaire. Il freine l’action de l’hormone mâle sur la prostate, permettant de retarder le développement des adénomes prostatiques.

Autres articles en relation

A propos des selles: on nous aurait menti à l’insu de notre plein gré?

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, A propos des selles: on nous aurait menti à l'insu de notre plein gré?

Selle Spongy Wonder

Voila qu’un certain professeur Schrader (comme les valves de vélo!), prétend que faire du
vélo rend les mâles cyclistes impuissants!

C’est dans « Rue89″
qu’on en saura davantage…

(Hugues Serraf)

Seul remède, la selle sans bout pointu!

On consultera le site de Spongi Wonder dont la traduction ne manque pas
d’humour…

…Et aussi les selles
Proust
  (sans jeu de mots)

%d blogueurs aiment cette page :