Étiquette : Steinbach

Patrice Stutz, ses aquarelles

On croit reconnaître Mulhouse, la tour de l’Europe et une petite sœur jumelle derrière

Patrice Stutz expose actuellement à la mairie de Steinbach. C’est une exploitation des clairs-obscurs magistrale.

Lumière brumeuse du matin, soleil rasant du soir qui allonge les ombres, soleil écrasant du midi qui fait onduler le bitume. (L’Alsace du 22 février)

Des sujets urbains et donc de l’architecture comme je l’aime. L’imagination de l’artiste fera qu’on ne reconnaîtra pas toujours l’endroit. J’identifie Mulhouse mais il existe des anachronismes habiles et voulus, des voitures actuelles, un tramway antique et des personnages qui s’invitent dans les encombrements urbains.

J’adore.

À découvrir jusqu’au mois de mars pendant les heures d’ouverture de la mairie.

Thann-Berrwiller à VTT

Aujourd’hui, je joue à faire de la photo

Je pars par les chemins de la plaine et je profite du vent favorable. Bref, il n’y a rien à faire, ça roule tout seul.

A l’aller, c’est un peu monotone

Pour le retour, une fois à Berrwiller, je grimpe dans la forêt, puis je longe les sous-collines vosgiennes jusqu’à Vieux-Thann.

A Berrwiller, gentille rue?
ferme auberge des Dahlias

L’accès à l’étang est barré, il faut grimper jusqu’à la Alphorn Platzla et prendre le sentier des pèlerins.

Alphorn Platzla
Pour les amateurs d’alsacien, notre plus beau séjour en forêt
Deux pèlerins?

C’est un parcours agréable qui mobilise ses forces sur le retour. Mais on a de beaux points de vue et après la forêt à partir de Wattwiller, on parcourt le vignoble.

plongée dans le vignoble d’Alsace
J’aborde Cernay (contraste forcé, j’aime bien)
Steinbach

A la cote 425, on rejoint le Roïplan et on sort à Vieux-Thann au pont de la piste du Rangen.

Cote 425 aux deux sapins derrière la butte

Pour télécharger le parcours trace GPS

https://www.openrunner.com/r/9553251

	

Balade dominicale

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un gilet jaune en perdition

Je pars toujours à l’aventure de chez moi.

Une aventure de deux heures.

Et puis je rentre, l’aventure terminée.

Je repasse sur des lieux connus et pourtant ma curiosité trouve toujours matière à satisfaction.

Avant Hirnelestein, j’ouvre un chantier de mécanique.

C’est rare.

Le grand pignon ne passe pas.

Je décale la butée fin de course…je détends le câble…bref, je patauge.

Enfin ça marche.

Hirnelestein, je grimpe l’escalier.

Morne plaine.

Je pousse jusqu’à l’Amselkopf.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis je me laisse descendre jusqu’aux mines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Steinbach puise son eau dans un puits de mine et la déferrise avec du manganèse.

En 1870, les Allemands avaient rouvert la mine et envoyaient de l’eau polluée aux habitants.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Donnerloch

Je m’arrête au chantier des Trolls au puits du Donnerloch, puis à coté de la cabane en bois cordé, je visite une galerie d’une vingtaine de mètres de long grâce à ma lampe de casque.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
pas trouvé de pépite!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mon canasson patiente

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
cabane bois, béton et mermiculite

Je traverse la Croisière.

Les Gilets décroissent.

Je termine par ma visite de ligne 63 kV Luetterbach-Thann.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’été indien

C’est l’été indien bien qu’en France on devrait parler de l’été de la Saint Martin.

Grand ciel bleu et une chaleur inhabituelle en ce 15 octobre.

J’en profite pour longer les vignes tout près de chez moi. Poursuivre la lecture de « L’été indien »