Étiquette : cote 425

Marcheur à vélo

J’ai croisé un grand-père qui descendait le sentier qui mène à la stèle du RI. Je lui ai volontiers laissé la priorité. Voyant que je montais en poussant, il m’a dit « ça va mieux dans l’autre sens!… ». Je lui ai répondu je suis un cycliste à pied et il a ri.

Je ne me défile pas: si je monte à pied, c’est que c’est trop dur pour moi. Les deux rampes de la journée sont courtes mais oscillent entre 12 et 18%

Notez qu’entre un cycliste à pied et un marcheur à vélo la différence est ténue. J’y ai songé en chemin…sans trouver comment départager les deux états. Finalement j’en suis resté à l’état stationnaire, au moins cycliste et marcheur se rencontrent et peuvent faire un brin de causette.

J’ai pris mon courage à deux mains. Je ne sais pas pourquoi on dit ça puisque mon courage tenait facilement dans une seule main. J’ai grimpé le Rangen jusqu’à la chapelle.

Et ensuite j’ai ondulé le long de la pente. J’ai poussé jusqu’à Haïda Platzala. Haïda n’était pas là.

Haïda Platzala, origine du nom inconnue

Puis j’ai continué jusqu’à la cote 425

Pendant que je retire un gravier dans ma chaussure, mon vélo se la coule douce
A la cote 425, je descends à Steinbach et retour par la route

voir le parcours https://www.openrunner.com/r/9506698

L’été indien

C’est l’été indien bien qu’en France on devrait parler de l’été de la Saint Martin.

Grand ciel bleu et une chaleur inhabituelle en ce 15 octobre.

J’en profite pour longer les vignes tout près de chez moi. Poursuivre la lecture de « L’été indien »

Cote 425 Steinbach à VTT

Sur les hauteurs de Vieux-Thann

En décembre 1914, Maurice Ravel du 213 eme RI écrit:  » la tranchée de la cote 425 tient encore…je crois qu’il faut renoncer à enlever la tranchée aussi longtemps que le village ne sera pas à nous ».

Le village en question, c’est Steinbach. Poursuivre la lecture de « Cote 425 Steinbach à VTT »