Jour : 10 mars 2011

Cre-vai-sons

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Cre-vai-sons

vélomaxou

Cre-vai-son.

Trois syllabes qu’on déteste.

Ni le cre, ni le vai, ni le son ne
sont agréables à prononcer.

On peut même inverser l’ordre, c’est toujours moche.

Vaicreson, sonvaicre,cresonvai

Crier « verre » n’a pas évité le désastre.

Une bouteille lancée depuis un véhicule sur la piste
cyclable.

Classique!

Pire qu’un sabotage d’une caténaire TGV !

C’est un crève-coeur qui s’empare du groupe alors qu’il vient à
peine de quitter la ville.

De quoi vous donner envie de jeter votre vélo aux orties!

On balaiera la piste avec un balai fait de broussailles. Pour
ceux qui viendront après nous.

Deux crevaisons parmi le groupe.

Une instantanée et une autre quelques kilomètres plus loin.

Autour des cyclos malchanceux, un chantier improvisé s’installe
autour des vélos éparpillés sur le bas coté.

Qui a la meilleure pompe?

Personne?

Le plus entreprenant sera celui qui saura prendre la direction
des opérations. Il évitera ainsi de trop s’impliquer dans le
cambouis.

C’est le chef d’équipe, le grand manitou dont nul ne disputera
le statut inopiné.

En attendant, les ouvriers cherchent l’intrus. A la loupe.

Un intrus qui parfois se cache dans la bande de roulement et
attend qu’on reparte pour crever une deuxième chambre à air.

Un microscopique débris de verre s’est invité dans le pneu.

On est soulagés.

Dans la confusion, il faut aussi éviter de remonter la chambre à
air crevée!

Finalement, au lieu de s’escrimer à pomper avec ces pompes
microscopiques, une petite bombe de CO2 fera l’affaire en quelques
secondes.

Le remontage est toujours un grand moment de bravoure pour celui
qui consentira à mettre la main sur la chaîne bien grasse pour
l’engager sur la cassette.

Col Amic

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, Col Amic

vélomaxou

La montée du col Amic. Dans les Vosges.

Un sujet maintes fois abordé.

Et pourtant!

C’était la première fois de l’année pour la plupart
d’entre-nous.

Un exercice toujours angoissant où l’on se demande si « ça va le
faire » encore cette année…

12 km de côtes avec 557 m de dénivellée.

Fastoche pour les « gros mollets » mais toujours aussi
impressionnant pour les rouleurs moyens peu entraînés.

Bon, arrivés en haut, tout le monde est content.

On s’attarde même à regarder la plaine d’Alsace depuis
Kohlschlag.

Retour par le Vieil Armand encore fermé à la circulation mais
praticable.

Rafales de vent. 6°C.

 

A vélo, à cheval, en voiture…

Blog de velomaxou :Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, A vélo, à cheval, en voiture...

Daihatsu Cuore

Ce matin, calcul mental.

Oui, dix cyclistes consomment l’équivalent d’un cheval-vapeur
(un cheval-vapeur vaut 736 watts et un cycliste de 75 kg développe environ 75 watts pour
avancer à 20 km/h).

Ce calcul, simpliste certes, mérite quand même qu’on s’y arrête
à l’heure où l’on parle d’instaurer un tarif social pour acheter l’essence à
mettre dans sa voiture. D’ailleurs ne faudrait-il
pas plutôt instaurer un tarif différencié à l’usage? Vaste sujet
qui rappellera aux plus anciens les tickets de
rationnement!
Blog de velomaxou : Vélomaxou, le blog d'un cyclo mulhousien, A vélo, à cheval, en voiture...

Songeons que nos voitures les moins gourmandes consomment au
moins 5 litres d’essence aux 100 km en ville.

Ainsi la Daihatsu Cuore 3 portes  consomme
5,8 litres en cycle urbain … et produit 113 grammes de CO2 au
kilomètre.

Oui, et alors?

Alors, prenons conscience de l’incomparable supériorité
économique et environnementale du vélo!

Pour en revenir à notre exemple ci-dessus, le cycliste consomme
75 wattheures au kilomètre (grâce à deux
biscottes beurrées)
et la petite Daihatsu…640
wattheures soit près de 10 fois plus (sur la base
d’un litre de carburant produisant 11 kWh)
.

On m’objectera qu’en Daihatsu, on peut transporter quatre
passagers.

Exact!

Mais relativisons; le taux d’occupation d’une voiture est
actuellement de 1,2 pour le trajet domicile-travail.