Je suis un peu euphorique en arrivant…


Ce n’est pas moi.

Mais je comprends Philippe, ce cycliste parisien qui va travailler à vélo.

Lorsqu’il arrive à son travail à Paris après 12km parcourus depuis Antony, il a besoin de décompresser un peu, mais il le reconnait, il est aussi un peu euphorique.

Le corps secrète t-il des endomorphines?

C’est vraisemblable.

Nous aussi, après une belle balade à vélo, on se sent bien si on ne s’est pas mis dans le rouge tout le temps.

Dans ce flot interrompu de véhicules enchevêtrés, de chantiers permanents, de livreurs en double file, il a pris ses habitudes.

Rien n’est conçu pour lui et pourtant, il s’en accommode.

lire ce très bel article  de Flora Genoux dans Le Monde

lire aussi du même auteur, « le vélo nouveau remède anti-crise« 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s