La Montagne de Reims, séquence nostalgie


Que reste t-il au fil du temps après tant de balades et de randonnées, de kilomètres parcourus à travers nos belles contrées?

Aujourd’hui, on a tous les moyens modernes, de l’image, de l’internet à notre disposition.

Les photographes, malheureusement, étaient rares parmi nous, il y a quarante ans.

Les appareils photos étaient compliqués à emporter, fragiles et les tirages des clichés pas donnés.

Alors, il nous reste des trophées glanés ça et là, des médailles et des carnets d’annotations pour les plus méticuleux d’entre-nous.

Raconter ses sorties, c’est s’en souvenir avant que la mémoire devienne défaillante.

Ce 20ème brevet de la Montagne de Reims du 25 septembre 1977 a été pour moi une épreuve éprouvante.

Avec 2500 km depuis le début de l’année et aucune expérience d’une dénivelée de 1500m, j’avais quelques circonstances atténuantes.

J’ai le souvenir d’avoir été « à la ramasse » toute la journée à parcourir la montagne rémoise et son vignoble en long et en large pendant 160 km.

Cette journée là passée à manier les dérailleurs (avec commandes sur la barre), sous un soleil de plomb et au sein de chemins encombrés par les engins des vendangeurs, a été un vrai calvaire. Les courtes descentes ne laissaient guère le temps de « se refaire »!

Nos pieds dans nos frêles chaussures de cuir noir souffraient à la longue du serrage des lanières de cale-pieds.

Certes on partait avec un déficit de sommeil, une partie de la nuit avait été consacrée au voyage (en voiture) pour être à pied d’œuvre à 6 heures devant la cathédrale.

A cette époque là, pas de restaurant! Nos moyens modestes ne le permettaient pas: on emportait donc notre manger dans le sac de guidon.

L’essentiel de notre gastronomie reposait d’abord sur le poids embarqué plutôt que sur la valeur diététique des produits.

Vu qu’à chaque contrôle, je voyais mes amis quitter les lieux à mon arrivée tardive, j’ai le souvenir que mon repas fut avalé en roulant…et que je cassais la coquille des œufs cuits durs sur le guidon afin de ne point perdre de temps.

Nos mœurs cyclistes ont depuis considérablement évolué et nos moyens ont fait des progrès.

En 2012, le 55eme brevet a lieu le 24 juin.

Champagne à l’arrivée!

 

 

Une réponse sur « La Montagne de Reims, séquence nostalgie »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s