Jour : 30 mars 2012

L’abri de montagne made in Germany


C’est juste pour attendre le bus les jours de grands froids.
On peut apporter son manger, en attendant.
Vu au Sirnitz.

Non!

Figurez-vous que chaque année à pareille époque, le Haut-Rhin embrigade toutes les associations valides pour ramasser les ordures le long des routes et des cours d’eau.

En bon citoyen, je me suis inscrit dans la démarche dans le passé.

Aujourd’hui, je renonce.

Je m’en explique.

On ne peut pas indéfiniment « prouver que nous désapprouvons l’incivilité de certains » et chaque année recommencer le travail sans que les pouvoirs publics se montrent vigilants et répressifs vis à vis de ceux qui s’affranchissent des règles de vie en commun.

Or, j’observe que le laisser-faire est la règle. Poursuivre la lecture de « Non! »

Le bide des vélos tatoués

Cette info là, la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) aurait pu éviter de la diffuser.

Figurez-vous que l’autre antivol de vélos, avec l’antivol en U, promues par la FUB, c’est le marquage des vélos, ce que d’autres nomment aussi le tatouage.

Très bien!

Selon la FUB, un vélo marqué est plus facilement retrouvé.

Mais là où le discours se grippe, c’est quand la FUB produit ses chiffres.

Selon elle, il y a eu 115000 vélos marqués entre 2004 et 2011 sur un parc estimé à 3 millions.

Pendant cette même période, il y aurait eu 3,6% de vélos marqués et volés soit 4140… Poursuivre la lecture de « Le bide des vélos tatoués »

L’Allemagne paradoxale

L’Allemagne citée si souvent en exemple ou en contre-exemple par nos hommes politiques, sa conciliante cogestion dans les entreprises, sa flexibilité sociale, ses chômeurs camouflés en travailleurs pauvres à 1 euro de l’heure, sa réussite économique, son paternalisme rigoriste, ses grosses limousines, ses autoroutes à vitesse illimitée, ses écologistes anti-nucléaires, sa démographie en berne,…l’Allemagne a aussi des pistes cyclables de rêve.


Ne devrait-on pas d’abord se pencher sur cet étrange paradoxe: pourquoi les Allemands sont-ils capables de concevoir des pistes cyclables d’aussi bonne qualité que la chaussée voisine et d’en assurer un entretien équivalent tout en entretenant un culte insultant pour la voiture et son inévitable coût environnemental?
Chacun y trouvera de bonnes raisons, culturelles, historiques,…

Le constat est là!

Eclosion printanière


C’est à Bantzenheim qu’on débouche devant ces arbres en fleurs, non loin de l’église.
Une curiosité qui attire le regard tellement c’est beau.