Les potins du lundi


Déchiffrer

Dans le maelstrom politique ambiant, on n’a pas encore eu le temps de compter les forces en présence.

Les gazettes font ce qu’elles peuvent pour suivre le mouvement des chaises de ministres qui se libèrent et qui sont aussitôt récupérées.

Des ministres de la société civile pas encore professionnels sont parait-il le gage que les choses vont changer.

Quelles choses?

C’est toute la question vu que parmi les nouveaux venus on cherche désespérément ceux qui pourraient nous ressembler et nous représenter.

J’ai beau chercher, je n’en trouve pas.

Certes c’est du beau monde, bien instruit et diplômé comme il faut.

Mais des gens d’en bas, je n’en vois pas.

La France sort de ces élections encore plus fracturée qu’elle ne l’était.

Macron croit pouvoir recoller les morceaux; attendons de voir…

Dans le passé, on a eu un ouvrier ajusteur, des cheminots et même un garagiste de Loudun, soit de très rares représentants de la classe d’en bas.

Aujourd’hui plus d’ouvriers, point besoin de salut public pour engager les réformes tant promises et redoutées; le libéralisme est à l’ordre du jour et les godillots sont devenus escarpins; ce sont des « technos » qui prennent la France en main, des « technos » l’œil rivé sur le CAC40.

Quand le vélo est à plat, il est toujours bon de le regonfler, mais j’ai des doutes sur cette pompe à vélo déclare Régis Debray dans Marianne de cette semaine (19/25 mai)…

C’est vrai que la France mérite une cure de jouvence mais on est s’interroge sur le modèle de société porté par cette nouvelle vague bon chic-bon genre qui a pris les rênes du pouvoir.

L’entreprise France

Avec des candidats députés recrutés par internet et lettre de motivation, les postulants au macronisme nouveau ressemblent à tous ces demandeurs d’emplois qui peuplent Pôle Emploi.

Le député candidat est ainsi devenu un people comme un autre.

Oui, Macron va semble t-il conduire la France comme une entreprise avec ses méthodes et ses courbes de résultats.

Aller voir ce que font les Ricains pour adapter son marché au mondialisme, ce sera le benchmarking à la française auquel nous convie Macron.

Cette nouvelle mystique matérialiste n’a rien de romanesque, alors attendons de voir…

La balle au centre.

On a bien compris: le nouveau parti de Macron s’appelle en fait « ni de droite, ni de gauche »…c’est donc un parti qui ne se rapporte à rien, à aucune valeur connue.

Coluche disait « c’est nouveau, ça vient de sortir » en parlant des lessives qui lavent plus blanc; Macron a t-il inventé une nouvelle lessiveuse capable de redonner à la politique la propreté qui lui manque?

Si Macron a été élu avec 20 millions de voix au 2eme tour, il reste que les 10 millions de voix qui se sont portées sur Marine Le Pen et les 7 millions sur Mélenchon sont absents de la représentation nationale.

Ceux-là ont donc toute latitude de se mettre en travers de la route du système « en marche » d’Emmanuel Macron.

17 millions de Français qui ne se retrouvent pas dans ce gouvernement qui a pour tâche principale de s’employer à mettre en place un moins-disant social à base de petits boulots, sous-payés et sans protection.

Comme en Allemagne.

Publicités

Une réflexion sur “Les potins du lundi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s