Peinturer à défaut de peindre


Thann. Peinturer, en attendant de pouvoir peindre.

Finalement peinturer me plait. (Barbouiller grossièrement quelque chose de couleurs)

Je barbouille donc une feuille de papier.2017 année bousculée au premier semestre, forcément ma production en pâtit.

Je peinture un peu mais j’ai peu d’estime pour ce que je fais; c’est tout le problème.

Sept peinturlures et un essai d’acrylique.

C’est maigre.

Je commence juin avec résolution, je range mon atelier où règne le bazar.

Peindre chez soi est un havre de quiétude.

Alors si on peint des ports, peut-être y trouve t-on une justification psychanalytique?(voir les ports de Christian Guinet)

J’y ajoute de la musique.

Reste l’inspiration, la motivation.

Comme pour le vélo, la flemme est envahissante.

Le pensionné ne devrait être appointé qu’à concurrence de ce qu’il fait, c’est mon coté dictateur.

Mais il faudrait embaucher des bataillons d’inspecteurs des travaux finis pour débusquer les faussaires.

Les faussaires en barbouillage.

Finalement, je suis un intermittent de mon propre spectacle, un intermittent ignoré et qui s’ignore.

voir tous mes articles consacrés à l’aquarelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s