Train+vélo: oui, mais démonté


Cette fois, c’est acté: pour voyager avec votre vélo en train, il faudra le démonter et disposer d’un bagage spécialisé 120×90.

Toutes les infos sont décrites dans Slate.fr

N’étant pas client de la SNCF, je risque d’autant moins de le devenir.

5 réponses sur « Train+vélo: oui, mais démonté »

  1. Votre article précédent s’intitulait « Je suis sans voix ». Ce titre aurait été tout aussi justifié pour cet article-là !

  2. Le problème vient des abus. Abus favorisés par la gratuité du transport dans les TER. Il est clair que les gens qui vont au boulot en emmenant leur vélo avec eux, c’est bien pratique mais si tout le monde fait comme ça ce n’est plus possible.
    Chez nous ce n’est pas gratuit (1 billet comme pour le voyageur, mais plafonné à 16 CHF sur la journée ), C’est cher mais cela évite les abus.

  3. Bonjour,
    Sauf erreur d’interprétation de ma part, l’article dit le contraire.

    Actuellement, la compagnie nation impose le démontage (surtout dans les tégévés) par un règlement interne. Elle aimerait étendre ce règlement aux autres type de train, mais ceci va à l’encontre d’une directive européenne (8 places de vélo).

    Pour avoir voyagé un peu cet été 2019 avec le vélo chargé, voici un petit retour d’expérience :
    – sur les trains vitrines de la région Centre (Loire à vélo), il y a de la place en nombre pour que chacun-e puissent faire la photo à destination des réseau-sociaux
    – dans les TER moins fréquentés, en période estivale, alors que l’on incite les personnes à faire du vélo, ne mettre à disposition de 3 places de vélo, c’est ce moquer du monde.
    – Ligne Tours – Saumur & ligne Tours – Poitiers : par 2 fois, il y avait beaucoup plus de cyclistes que de voyageur sans-vélos. Rien de grave en soi, les contrôleurs et les voyageurs, période estivale, étaient très conciliants.
    – Ligne Poitiers – Limoges : pas « d’espace vélo ».
    – Ligne St Junien – Limoges : 3 places (la ligne est toute petite)
    – Ligne Limoges – Vierzon : 10 places
    – Vierzon – Orléans : pas de place réservée
    Ces « petites » lignes doivent être équipées, ce sont elles qui font le lien entre les régions, les territoires. En desservant des petites villes, voir des villages, elles permettent au randonneur à pied de terminer les 10 à 20 derniers kilomètres, au randonneur à vélo de terminer les 100 derniers kilomètres sans crainte.

    La conclusion de l’article le dit bien :
    « Quoi qu’il en soit, la politique de la SNCF de bannir les vélos non démontés de ses trains semble bientôt contrainte par les futures législations française et européenne. Bien que celles-ci ne s’adressent qu’aux trains neufs ou rénovés, l’orientation générale vers une plus grande utilisation du vélo et la pression sociale pour une société plus écologique devraient amener la SNCF à revoir l’orientation de ces dix dernières années en matière de transport de vélos dans les trains. »

    Cordialement,
    JPB.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s