Les potins du lundi


Sur la pince à l’arrière, la baguette de pain.

Mon char d’assaut prêt à affronter l’hiver

Mon confrère Marmotte27 parle de victim blaming lorsque la Prévention Routière s’achète une pleine page dans la presse pour nous donner des conseils de prudence à vélo. C’est vrai que les organismes d’état font parfois preuve d’infantilisation vis à vis des cyclistes qui tombent sous les ruades incontrôlables d’un SUV. Nous sommes de grands enfants. Alors il est de bon ton de nous materner. Savoir faire du vélo est un art.

Cela fait sourire chez mes amis cyclos. Ceux du dimanche. Je sais qu’ils sont nombreux à ne pas comprendre cette pratique du vélo en ville. Rouler sur un tel engin, non, ils ne le conçoivent pas. Ils prennent leur voiture. Comme tout le monde. Pourtant ils savent parcourir jusqu’à 100km et plus sur un vélo, mais 5km cela leur semble hors de portée. Il faut reconnaître que leurs machines ne sont pas adaptées.

Le confort urbain

Mon sac de guidon Décathlon acquis le …27 juillet 2005 est resté 15 ans dans l’armoire. Il est tout neuf. Je viens de le monter. C’est un vieil atavisme peut-être héréditaire, la peur de manquer, certainement. Y’en a qui accumule le papier hygiénique, moi c’est les sacoches. Dans sa soif de vélo, on se dote parfois d’accessoires qui ne trouvent pas d’emploi. Associé à mon « gardisme endémique », voila donc un objet qui ressort au bout de 15 ans. Comme il est déclipsable, j’y ai ajouté un câble acier connecté à l’antivol en U. L’idée d’avoir affaire à un malfrat m’insupporte.

Cette petite chose là m’a coûté 11 euros (en réalité en Chine ça doit sortir à 20 centimes). Indispensable pour passer ma lampe Busch Muller du guidon au support de lampe. Je la monte et ça frotte sur le câble de frein à tirage central…démonter le berceau acier et remonter l’ancien en gardant le support en plastoc. La mécanique vélo est un art de l’accommodement. Penser à ranger le phare lorsqu’on stationne, sous peine qu’il disparaisse.
Mon phare Busch et Muller LED Ixon IQ semble insignifiant. Je le possède depuis au moins 10 ans. Qu’on ne s’y trompe pas: c’est un super produit dès que vous êtes dans le noir total, ça vaut largement un éclairage sur dynamo centrale.Diode à haut rendement, durabilité 100.000 heures – lumière blanche brillante, à effet xénon – électronique grand confort, très efficace, avec un radius d’action de 90% – système de refroidissement intégré – indicateur de capacité et de charge – chargé en 4-5 heures seulement – deux positions: mode High-Power: 40 lux (5 heures) mode City-Eco: 10 lux (20 heures)

Le reste du temps, je me signale avec un simple REELIGHT SL 120. S’allume de jour comme de nuit sans s’occuper de rien. L’éclairage le moins cher et le plus simple.

Les perturbations imperturbables

J’ai voulu suivre les grains qui passent sur le pays. Simple amusement internet. C’est chez Ventusky

Finalement, les masses nuageuses se déplacent très vite et changent de morphologie sans qu’on puisse trop dire dans quelle direction elles vont aller.

26 sept 17heures

26 sept 17 heures
26 sept 18h30
27 sept 6h30
27 sept 15h

A quand une vraie piste pour rejoindre la Croisière Cernay?

On ne sait pas qui sont les concepteurs de nos ouvrages cyclables. Ni même si ils existent. C’est un grand mystère du béotien cycliste que je suis. Le Conseil Départemental? je crois que le poste est rarement pourvu et plutôt honorifique lorsqu’il l’est. Si celui-ci me lit, il saura me contredire. Les élus?… les collectivités lambda?… Toujours est-il qu’on voit des ersatz de pistes naître puis on les abandonne pendant des décennies. J’ai toujours en tête cet incroyable aveu du Conseil Général du Haut-Rhin qui m’avouait ne pas savoir qu’une piste cyclable existait le long de la vallée de la Thur. Les pistes cyclables, souvent appelées Voies Vertes, sont souvent des astres morts, témoignages d’une preuve fugace qu’un jour quelqu’un s’est penché sur un dossier cyclable en vue de le verdir.

J’ai une méfiance extrême pour cette mode du verdissement de nos environnements de mobilités.

Vieux-Thann-Cernay. On a déjà la barrière anti-véhicules en place depuis plusieurs années. Mais pas de piste le long de la RN66. Contounée régulièrement par les véhicules, cette barrière ne sert à rien.

En attendant, les cyclistes qui veulent rejoindre la zone commerciale et le futur cinéma n’ont pas d’autres solutions que la piste de la Thur ou le trajet par la route hyper-dangereuse de la déchetterie…ou la 2X2 voies qui n’est pas interdite aux vélos.

La RN 66 au sortir de Thann n’est pas interdite aux vélos. On peut donc aller jusqu’à Cernay, voire Mulhouse en empruntant cette route à vélo. A nos risques et périls. L’administration serait embarrassée si on l’empruntait car il n’existe pas d’itinéraire de remplacement aussi direct.
Pour être interdite elle devrait comporter le panneau C107 carré bleu à liseré blanc.

Vous suivez?

Le Covid va t-il nous bunkeriser derrière des chevaux de frise?

Moi j’ai décroché. Le Covid ne me passionne plus. J’ai des masques partout. Au fond des poches, dans mon sac de guidon…mais pas pour la route. Ce que m’a valu d’être foutu à la porte du bistrot de Wolfersdorf. Mes enfants font comme avant. Ils vivent entre-eux. Et on les préfère au téléphone car on a la trouille.

Le Covid est devenu un machin qui nous berce au quotidien sur les chaines d’infos en continu. Les sachants ont la trouille aussi car ils ne trouvent pas la parade à ce « truc ». Les voir s’engueuler à la télé ne nous rassure pas. Je pense que nous allons le traîner tout l’hiver. Les commerces vont trinquer, les bals à papa aussi. Nos comportements latins vont en prendre un coup car les plus conscients du danger, les vieux comme moi, vont construire des citadelles. Ériger des chevaux de frise.

Puisqu’il est avéré que nos comorbidités, âge, taille, poids,… nous mettent en première ligne parmi ceux qui développent la forme grave!

J’ai de la chance. Je ne suis ni urbain, ni confronté à d’implacables rencontres de foules, ni adepte des bistrots, des restos et ni amateur de shopping. Mon sport est de plein air et individuel. J’ai de la chance, mon régime m’a ramené dans une IMC convenable pour chopper le truc. Mais un faux pas est vite venu.

Le soir, j’observe derrière les vitres des gymnases de Thann les entraînements de sport collectif. Volley, handball, foot en salle, je me demande comment ces sportifs ados et adultes échappent à la contamination.

J’ai vaincu la maladie contagieuse

J’ai mis un mois à m’en sortir. La montagne magique de Thomas Mann est un roman puissant de la littérature allemande contemporaine. Heureusement ma liseuse renferme un dico car le vocabulaire comporte de nombreux termes inconnus pour moi…et peut-être aussi des traducteurs du roman. J’ai lu la version « Kindle » traduit de l’allemand, annoté et postfacé par Claire de Oliveira (761 pages)

En ce temps là, nul dispositif prophylactique; on se partage la tuberculose sans aucune barrière. J’en ai été très étonné. La bactérie se propage alors par les gouttelettes de salive ou d’expectorations. Lorsqu’une personne atteinte de tuberculose active tousse, éternue, parle ou crache, des gouttelettes contenant la bactérie sont projetées dans l’air et peuvent être inhalées par les personnes se trouvant à proximité.

Les concepts philosophiques et la radicalité politique de l’époque, ceux du temps, de l’espace, de la démocratie, de la religiosité opposée aux lumières de la science y sont nombreux. On ne s’ennuie pas au sein de ces malades qui forment société dont le héros Hans Castorp sort vivant de son sanatarium de Davos au bout de sept années. Il ne retournera jamais dans sa plaine de Hambourg. Je ne vous en dis pas plus. Tous les personnages ont une fonction symbolique et incarnent différentes mentalités et tendances de la Belle Époque.

A lire l’hiver de préférence; les sorties en traineaux attelés dans la neige autour de Davos sont une féérie.

Une histoire humaine passionnante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s