Jour : 1 septembre 2020

Éviter les paquets d’eau

Hier soir des paquets d’eau sont tombés. On n’en attendait pas tant. J’ai rempli à ras bord mon réservoir de jardin. Un peu tard pour arroser les légumes.

Je me suis éloigné des collines sous-vosgiennes et j’ai roulé.

Wittelsheim, Reiningue,…

A Balschwiller, je tourne.

A Bretten, je vois les nuages s’amonceler sur les Vosges.

Je rentre en douce par Sentheim et Bourbach sans me faire voir afin d’éviter la pluie.

https://www.openrunner.com/r/11965324

Dommartemont, la rencontre Cent Cols

Un nouveau benjamin au club et son papa. Il a parcouru les 50 km et 800m comme les grands
A la chasse aux cols

C’est samedi 29 août que la rencontre régionale du Grand Est de la Confrérie des Cent Cols s’est tenue à Dommartemont en Meurthe-et-Moselle, plus exactement au col Sainte Geneviève aux portes de Nancy.

Pour une fois, la rencontre a eu lieu en terrain plat penserez-vous?

Denis nous a réservé quelques raidillons sympas

Eh bien non, nos hôtes nous ont invités à découvrir de nouveaux cols tout frais sortis des cartons de la Grande Guerre. Je ne plaisante pas.

41 participants dont 11 vététistes et 30 routiers.

Depuis 1870, l’Empire Allemand englobe l’Alsace-Moselle et Nancy et Metz sont séparés par une frontière stratégique formées de crêtes.Après la Grande Guerre, l’Alsace-Moselle redevient française.

C’est Denis qui les a exhumés après de minutieuses recherches bibliographiques.

Les cols franchis: le col de Bratte FR-54-0346, le col de Millery FR-54-0261, le col de serrières FR-54-0282, le col de Sivry FR-54-0330, le col de Moivrons FR-54-0359 (tous routiers à paraître dans l’additif 2020), le col de Vassuchamps FR-54-0361 (R1) et enfin le col de sainte Geneviève FR-54-0348 routier.

Notre cantine de ravitaillement tractée par un gentil confrère plein d’ardeur
Un nouveau col et son panneau artisanal verni
des paysages magnifiques

Retour par les rives de la Moselle

voir ma trace enregistrée …https://www.openrunner.com/r/11962999

voir toutes les images

Hara-kiri chez les Cent Cols?

En 2014 déjà, le VAE était toléré pour raisons médicales. Pourquoi aller au-delà?

J’ai arrêté de prendre part au débat. Je l’ai abordé du bout des lèvres sur le groupe Facebook du club et on m’a clairement fait comprendre que je dérangeais.

Mais ici sur Vélomaxou, je suis chez moi et j’ai tout le loisir de faire valoir mon opinion sans que personne ne vienne me contredire.

Oui, faire rentrer le vélo électrique au club sera dévoyer le club. Son objet fondateur qui est de gravir des cols à la seule force musculaire sera dénué de tout sens puisque chacun sait bien que, quoi qu’il arrive, on arrivera en haut du col grâce à l’artifice du vélo électrique.

Certains membres tentent sournoisement avec une enquête orientée, hors de tout contrôle déontologique, d’intégrer le vélo électrique au sein du Club des Cent Cols. L’entreprise risque de réussir si l’administration du club se laisse influencer plutôt que de clairement poser une question de fond:

êtes-vous pour ou contre l’acceptation du vélo électrique au sein de la Confrérie?

Oui, l’entreprise de déstabilisation risque de réussir. Pourquoi? tout simplement parce que le club vieillit comme dans la plupart des clubs de cyclotourisme et la moyenne d’âge y avoisine 65 ans, voire plus.

En cause notre modèle cycliste, on le sait. Conçu sur la base de l’effort physique, de l’opiniâtreté, ce cyclisme des années 70 déplait de plus en plus à ceux qui veulent instiller la facilité pour mieux vendre leur produit miracle, le vélo électrique.

Dans le passé, on avait inventé le Vélosolex, maintenant on a le vélo électrique.

Comme une bénédiction, le Vélo à Assistance Electrique (VAE) va donc permettre d’ajouter une petite rallonge à l’obsolescence programmée du Club des Cent Cols, permettre de continuer à gravir des cols autrement qu’en pédalant ou en poussant son vélo.

Alors laissons la fatalité briser le rêve. Oui demain quand le VAE sera intégré aux statuts on pourra voir une kyrielle de nouveaux jeunes pratiquants aux guidons de machines rutilantes et motorisées investir le Club des Cent Cols. C’est dans la logique des choses puisque le mercantilisme et l’avilissement de nos valeurs sont capables de dévorer tout cru le monde des loisirs.

Les Cent Cols seront alors devenu une légende.

Aspach-Michelbach, des nouvelles…

Aspach-Leimbach, une piste en dégradation avancée du fait des engins agricoles

Constatant sa dégradation permanente et avancée, j’ai écrit à la Mairie d’Aspach-Michelbach au sujet de la rue du traîneau. Réservée aux engins agricoles et aux vélos, cette voie permet de rejoindre Leimbach et elle est très empruntée par les cyclistes du fait qu’elle permet d’éviter la D103.

Monsieur le Maire a l’amabilité de me répondre.

fac-similé de la lettre reçue de la mairie d’Aspach-Michelbach

Beaucoup d’informations en deux lignes qui laissent planer le mystère…

  • un schéma cyclable dont on ignore tout, quand et avec qui sera t-il discuté?
  • de nouveaux accès, où? et quand?
  • l’entretien d’anciens tronçons, quels tronçons? nous n’en connaissons qu’un en l’espèce celui de la rue du traîneau.

Finalement, j’en arrive à admirer l’art épistolaire de cette missive qui dit tout et rien à la fois.

revoir mon article sur l’état de cette piste en date du 12 août 2020