Les potins du lundi de Pâques


Les planeurs ont aussi besoin d’une force mécanique pour décoller, même s’ils se débrouillent seuls ensuite. (1967)

Non je ne parlerai pas du Tour des Flandres. Mais les Flandres sont belles. Tous ces paysages « construits » me font penser que la France avec ses routes rapiécées, biscornues, ondulées, truffées de trous en formation devraient s’inspirer de ce que font nos voisins. Notre corps des Ponts et Chaussées devrait rougir de honte. Encore une administration qui laisse à désirer. La faute à qui?

Non je ne parlerai pas non plus de l’islamo-gauchiste.

Non je ne parlerai pas non plus des réunions en non-mixité de l’UNEF.

Des sujets trop scabreux pour moi.

Non je ne parlerai pas non plus de la subvention de Strasbourg à la mosquée. Un peu quand même…Des musulmans, j’en ai tout autour de moi avec qui je m’entends. Mais leurs prosélytes enragés et parachutés d’on ne sait où mériteraient tout simplement qu’on les foutent à la porte et qu’ils aillent faire leur mosquée ailleurs.

Quant à financer le clergé en Alsace avec mes propres deniers, je dis non.

Saint Ex, au secours!

Inhabituel dans cette rubrique, me voici dans l’obligation de pousser encore un coup de gueule tout de suite. La maire de Poitiers vient de retirer sa subvention à un aéro-club au motif que le sport motorisé ne doit plus faire rêver les jeunes générations.

Même les petits clubs d’aéromodélisme seraient interdits aux subventions municipales. Un vrai délire de vert.

C’est mon nouveau ronron, ma pâtée pour fermer ma gueule

A nouveau enfermés dans un rond!

A partir de demain, nous voici à nouveau inscrits dans un cercle de 10 km. Pour tracer ce cercle depuis votre domicile, il existe ce site

Allo! allo!…on me dit que le confinement a commencé samedi 3 avril à 19 heures. J’en connais qui ont eu tout faux.

Ce nouveau bazar est toutefois moins contraignant. Mais il faut avoir avec soi un justificatif de domicile. C’est aussi le moment d’en profiter pour vendre sa voiture ou pour ne pas en racheter une puisqu’on nous interdit de rouler. Pour faire 10 bornes un vélo suffira.

Nous les cyclistes avons cette fois l’avantage. Celui de pouvoir jouir d’une liberté, certes encadrée, mais tout à fait supérieure à celle de l’automobiliste ou même du marcheur qui sont l’un et l’autre contingentés dans des périmètres inhabituels. L’auto, oui c’est bien mais on ne va pas loin avec et la marche si on n’a pas d’auto pour changer de coin, on en est réduit à un périmètre exigu. Ou alors il faut être tantôt automobiliste et tantôt marcheur pour se projeter dans des théâtres de verdure différents.

C’était tout juste il y a un an.

le rond de confinement de 1km en 2020

J’écrivais « on peut faire du vélo autour de chez soi pour peu qu’on ne dépasse pas le rayon de un kilomètre. Si on habite la ville, on peut profiter du trafic réduit qui nous laisse beaucoup de place dans les rues. »

Depuis notre liberté d’aller est à nouveau entravée non plus sur 1 km mais sur 10 km.

Et maintenant?

Un an après, l’étau s’est desserré.

L’épidémie ne cesse de désorganiser notre vie publique. On ne sait pas combien de temps encore durera cette grave crise qui nous place entre les mains d’un pouvoir sanitaire qui ne dit pas son nom.

On pourrait parler d’une dictature sanitaire puisque nous n’avons ni choisi, ni élu cette troïka dont on nous cache les noms et les visages. Notre libre arbitre est sous-tendu au nombre de lits de réanimation dont dispose la nation et manifestement le pouvoir n’a rien fait pour renforcer nos besoins depuis un an.

Depuis un an, les choses n’ont pas bougé; le pouvoir politique n’a pas pris les bonnes mesures: pas de formation accélérée pour les personnels hospitaliers, pas de lits en nombre suffisant, pas d’identification des vecteurs de l’épidémie. On ne sait pas, on ne sait plus s’il faut rester chez nous ou rester dehors. Et pire! on est incapables d’organiser un plan de vaccination à la hauteur de l’enjeu, pas plus que d’approvisionner les vaccins.

J’ai tenté le rendez-vous en ligne sur Doctolib… et ça a marché

Pour voir, j’ai tenté le rendez-vous en ligne sur Doctolib… et ça a marché . Bonne occasion d’aller jusqu’à Mulhouse à vélo!…avec mon sandwich dans la poche

L’Europe qu’on disait grande a failli.

Ce revers de fortune va laisser un goût amer à ceux qui ont cru qu’à plusieurs, nos potentialités seraient plus grandes. Or l’on constate que de petits pays ont bien davantage de forces de manœuvre que nous.

Les « enfermistes », les « rassuristes » et les béats

C’est le procureur Philippe Bilger sur son blog qui tente de qualifier les attitudes des uns et des autres vis à vis de la pandémie. Les « enfermistes » seraient les partisans d’enfermer tout le monde pour arrêter la circulation du virus. Une utopie. les « rassuristes » seraient les plus optimistes, on va s’en sortir…et les « béats » représentent ceux qui restent dans la sidération depuis le début face à un défi inimaginable. Je suis toujours en difficulté face aux réflexes de mes semblables, je ne les comprends toujours pas. D’autant moins que comme moi ils ne verbalisent pas leur ressenti vis à vis de cette crise autrement que par des silences. Des silences accusateurs? des silences réprobateurs? ou des silences d’acquiescement?

On ne le sait pas.

Oui, il y a ceux qui ont rejoint depuis le début le camp de la conspiration: tout ceci est inventé de A à Z et pour eux il est clair que nous sommes victimes d’un complot international. Dans quel but? par qui? ceux-là sont bien en peine d’apporter une quelconque preuve de ce qu’ils avancent autrement que par des montages intellectuels farfelus.

Il y a ceux qui ne disent mot. Tout en consentant, en se taisant. Ceux-là tentent un exercice de rationalité sur la base de leur propre savoir et s’aident au besoin de la littérature abondante.

Qui n’a pas eu encore son Covid?

Et il y a les autres. Ceux qui font preuve d’un détachement à l’égard d’un sujet qui pourtant mobilise toute la planète. Ne pas se sentir concerné, c’est leur attitude. Ils veulent faire comme avant. Ils font donc comme si et tentent de contourner les obstacles. Lorsqu’on nous confine, vite barrons-nous pour ne pas se retrouver pris dans la nasse. Ou allons au resto en douce!

Et qu’est ce qui dit, le cycliste?

Malade, moi? mais non, le Covid est une plaisanterie. La preuve, je suis encore capable de faire du vélo avec mon Covid. Le plaisir de respirer enfin l’air pur dans une tranquillité tellement belle… loin de tous les bêtises actuelles de notre société.(C’est un credo lu sur Facebook de la part d’un cycliste.)

Les bêtises de notre société!

Potins décousus, j’en conviens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s