Jour : 27 avril 2021

Le mérite du VTT

Roderen, la chapelle Maria en haut à droite

Oui le VTT évite de se poser la question du rond de confinement: je suis toujours à l’intérieur en partant de chez moi. Mais j’ai oublié ma carte d’identité. Bof!

Promeneurs

Autour du lac des dizaines de promeneurs…et aussi un groupe de marcheurs peu au fait des prescriptions. Ces gens dont l’âge moyen équivaut pourtant au moins au mien dissertent chemin faisant sans précautions particulières. La notion de risque est à géométrie variable. Il faut croire que le virus ne s’attaque qu’aux populations urbaines.

Deux sur trois

C’est un autre fait. Deux vélos sur trois, des VTT, étaient électriques. Comme quoi l’engouement pour ces machines est total.

Bosses

entre Rammersmatt et Roderen, j’ai essayé le bike-park. J’ai vraiment manqué de peps dans la partie la plus raide en descente. Je réessaierai une autre fois

Chicaneries

Proprement déposées, peut-être en attente d’une repose…
En montant le long de la petite vigne de Roderen (liseré bleu), les chicanes ont été déposées. Voila qui est bien car les vélos étaient obligés de se frayer un chemin sur la butte. Les jours de pluie, ce chemin creux est vite transformé en ruisseau

Le parcours

Les M12

Les panneaux M12 historiquement appelés « tourne à droite » ou « TAD »ont pris du galon. On les trouve désormais déclinés dans toutes sortes de configuration.

L’idée est d’éviter au cycliste de s’arrêter complètement puis de redémarrer, ce qui est source de fatigue supplémentaire.

Le premier « tourne à droite » a été installé à Mulhouse en 2012.

La métropole de Lyon découvre seulement ces panneaux en 2021! Comme quoi la France est vraiment lente à adopter les outils favorisant les mobilités douces. (voir l’article dans Néozone)

C’est bien pratique pour les vélos dès lors qu’on en use sans en abuser. C’est à dire qu’avant de s’engager, le cycliste doit quand même faire attention aux autres usagers qui restent prioritaires sur l’axe »au vert » ainsi qu’aux piétons.

Les automobilistes qui s’insurgent de ce dispositif favorable aux vélos ont pourtant eux-aussi le même équipement avec la flèche jaune à certains feux tricolores.

Bon, d’accord!

Bon, d’accord! On attend parfois le dernier moment pour changer ses plaquettes, jusqu’au jour où l’on entend un bruit de ferraille. Ne pas chercher, la cote d’alerte est dépassée…et surtout ne pas insister sinon on va rogner le disque!

Il est vrai qu’avec les freins à disque, il est moins facile de voir le niveau d’usure qu’avec des patins.

Pour les remplacer, chacun a sa méthode.

Voici la mienne:

  • je démonte la roue
  • je retire les plaquettes usagées
  • j’écarte les pistons au maximum à l’aide d’un large tournevis avec lequel je fais levier, il faut les repousser entièrement dans leur logement
  • je remonte la roue
  • j’enfile les plaquettes neuves sans difficulté

coût des deux plaquettes et du ressort 15 euros (à titre indicatif), 21 euros la fois précédente! comme quoi en matière de prix on trouve tout.

Pour mémoire j’ai fait 1232km avec le jeu.

Le kilométrage effectué avec un jeu de plaquettes est purement indicatif puisqu’il dépend de la qualité de la plaquette, et de l’intensité du freinage selon les itinéraires. Pour économiser les plaquettes soit descendre lentement, soit descendre sans freiner, soit freiner avec les pieds!