Étiquette : démarchage téléphonique

Quand Bloctel débloque

Le fameux Bloctel n’est plus qu’un lointain souvenir.

Bloctel nous a délivré du mal. Jamais un gouvernement n’avait autant pris conscience de l’intérêt qu’il y avait à interdire les appels téléphoniques indésirables.

C’était en 2014.

Depuis nous déchantons.

Le fameux Bloctel n’est plus qu’un lointain souvenir.

Sous les tropiques, un nouveau sous-prolétariat est né, la génération du clic ou encore le digital labor, auxiliaire de l’intelligence artificielle censé suppléer provisoirement à la venue du grand remplacement technologique. Il suffit d’un doigt et d’un casque sur les oreilles pour rendre dingue les trois-quarts de la planète.

Dans les années 80, on a tenté d’installer des centres d’appels téléphoniques en France dans les zones en voie de désertification. Peine perdue, le personnel a vite compris qu’on avait réinventé un nouvel esclavage.

Chaque jour, le démarchage téléphonique reprend à l’heure des repas, l’heure où l’on a le plus de chance de trouver un interlocuteur chez lui.

Je me suis fait une raison.

Une grave anomalie a été détectée sur mon isolation thermique, ma consommation téléphonique, de gaz, d’électricité…je ne sais plus.

J’abandonne, je me rends.

J’avais tenté au début de savoir si le temps était beau à Madagascar, histoire de passer un bon moment avec ma télé enquêtrice. Puis j’en ai eu marre. Je suis carrément devenu méchant, j’ai joué les inspecteurs de police, nom, prénom, adresse, date de naissance, profession du père, de la mère, nationalité,…il était devenu impossible à mon enquêteur d’enquêter, j’avais pris l’ascendant sur cette nouvelle génération du clic qui débitait son télé-scénario devant une console d’ordinateur.

La nana de Tananarive

Je connais la chanson.

Chaque oui, chaque non prononcé amène le télé-prospecteur au graal: il obtient de vous enfin une promesse de rendez-vous pour remplir tout votre grenier d’une épaisse couche de laine de verre.

Finalement, j’ai débranché mon téléphone fixe pensant me mettre à l’abri définitivement des appels émanant de l’océan indien. Peine perdue, maintenant on m’appelle sur mon smartphone.

Vous aimerez peut-être aussi…

...et aussi

Publicités

Vous avez le droit de ne pas répondre…

Les téléprospecteurs ne manquent pas d’audace.

L’internet est truffé de ce genre d’histoires qui ont le mérite
d’irriter ceux qui en sont victimes à leur domicile.

Fini le porte à porte, fini le tirage de sonnette.

Il suffit d’entrer chez vous par les fils du téléphone…et de
dérouler son scénario de téléprospection…

Certains croient même pouvoir nous tirer les vers du nez avec ce
stratagème mieux que si vous étiez en garde à vue…

Heureusement, on a (encore) le droit de ne pas répondre…ou
d’entrer dans le jeu de la conversation à sa
manière.Par exemple en ne tombant pas dans le piège du « oui » de
consentement.

« Allo? »

« Bonjour Monsieur, je suis Valérie Bercot du cabinet
Nielsen…. »

« Vous êtes bien Monsieur Vélomaxou? »

« Oui! »

« Vous avez sans doute entendu parler de Plan d’Epargne Retraite,
de placements de capitalisation, ….? »

« Oui! »

« Alors êtes-vous intéressé par l’un ou l’autre de ces
produits?… »

« Non! »

« Non?…vous n’êtes pas intéressé? »

« Non! »

 » Pourrions-nous faire le point de votre dossier….vous êtes
bien marié?… »

« ça ne vous regarde pas!… »

« Vous avez le droit de ne pas répondre…. »

« Oui, je vais même mettre fin à cette conversation; au revoir
Madame »

Le toupet et l’indiscrétion des organismes de sondage et de
télévente sont sans limites.

La seule solution: raccrocher!

En revanche, il est difficile d’échapper aux pages internet qui
incrémentent des publicités en lien avec vos goûts.

En cause, Google, qui surveille tout ce que vous cherchez sur le
net et vous affiche pendant des semaines les revendeurs de pneus
Schwalbe que vous avez déjà achetés.

Dans le même ordre d’idée, mais de façon plus anecdotique,
d’autres escrocs amateurs vous sollicitent  par messagerie
interposée pour obtenir vos numéros de comptes bancaires en se
faisant passer pour le gestionnaire de votre banque.

On est priés de fournir les mots de passe qui vont avec.

Et sans délai…cela va de soi!

Ces délinquants cybernautes peuvent être cependant facilement
débusqués: leurs message sont truffés de fautes d’orthographe.

Encore heureux!